L’agression de policiers dans les quartiers de la Reynerie Bagatelle relance le débat sur la sécurité

policeA l’heure où le gouvernement décide de fermer le commissariat de Graulhet et dans un contexte de radicalisation de la politique pénale, la députée européenne et chef de file de l’UMP en Haute Garonne a tenu a réagir à l’agression dont ont été victimes mardi soir des policiers toulousains dans les quartier de Bagatelle et Reynerie. “Je suis extrêmement choquée par le guet-apens dont ont été victimes, hier soir, à Bagatelle et à la Reynerie, des policiers toulousains“.

Pour Christine de Veyrac “Cette montée de la violence traduit un malaise profond et croissant à Toulouse, sur lequel les élus locaux qui ont en charge la vie quotidienne de nos concitoyens seraient bien inspirés de s’interroger. Cette agression démontre en outre le bien-fondé des mesures annoncées par le Gouvernement pour renforcer la lutte contre la délinquance, particulièrement lorsque celle-ci vient frapper les forces de l’ordre, qui assument au péril de leur vie une mission d’intérêt général au service de l’ensemble de la population“.

Je condamne avec la plus grande fermeté les auteurs de ces actes, et espère de très lourdes sanctions dès qu’ils seront appréhendés” a conclu la députée UMP.

__________________________________________

Fermeture du commissariat de Grauhlet : la véritable politique du gouvernement dans le domaine de la sécurité ! » estime les élus socialistes du Conseil régional

« Personne n’est dupe ! Instrumentalisation d’un coté, désengagement de l’autre. La polémique autour du débat sur la sécurité ne masque pas l’échec du gouvernement dans ce domaine. Un échec qui était prévisible. » : précise Thierry Suaud, Président du groupe Socialiste et Républicain, qui remarque que : « Dès novembre 2008, au cours de l’assemblée plénière de la Région, la majorité régionale avait dénoncé, par un vœu, les conséquences des choix politiques de la droite. En affaiblissant les structures de l’Etat avec la suppression de fonctionnaires de Police, 10 000 au total en 2012, de 3000 gendarmes, et la fermeture de nombreux commissariats, ce gouvernement a mis à mal l’ensemble de la société, rendant encore plus difficile l’application des règles permettant l’existence du vivre ensemble.»

« La fermeture annoncée du commissariat de Grauhlet se révèle, malheureusement, être une bonne illustration de la véritable politique du gouvernement en matière de sécurité. D’un coté, les paroles : Il dit « : renforcer les moyens consacrés à la lutte contre la délinquance » et de l’autre, les actes : jamais le service public de la sécurité n’a connu semblable réduction de moyens sur tout le territoire. » Thierry Suaud a rappelé que : «Graulhet n’est pas un cas isolé…depuis 2003, Bagnères de Bigorre, Villefranche de Rouergue et Figeac ont vu leurs commissariats fermés. De plus, on apprend auprès des syndicats de Police que d’autres villes de Midi-Pyrénées devraient à terme être concernées. »

A Grauhlet, le commissariat devra laisser place à une nouvelle petite structure de 30 gendarmes qui ne correspond véritablement pas aux besoins d’une commune de 12 000 habitants. ( La gendarmerie ayant été fermée il y a plus deux mois : où est la cohérence politique ! )

« Nous serons vigilants, les maires font leur travail dans le domaine de la sécurité, le problème c’est le désengagement du gouvernement ! » précise Thierry Suaud, qui rappelle que : « fonction régalienne de l’Etat, pilier du contrat social, la sécurité intérieure assurée par la Police Nationale et la Gendarmerie Nationale demeure indispensable à la protection des citoyens et essentielle à la garantie des libertés individuelles. »

A LIRE AUSSI

> Les violences aux personnes explosent à Toulouse comme dans toute la France

> Sécurité : JL Moudenc apporte son soutien à la méthode Estrosi

> Le nouveau club de prévention de la Roseraie inauguré

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.