Centrafrique. attaque contre des civils dans la région de Bangassou

Centrafrique. attaque contre des civils dans la région de Bangassou
La ville de Bangassou se situe dans le sud du pays à la frontière avec la République Démocratique du Congo. Photo Google Map
Centrafrique. attaque contre des civils dans la région de Bangassou
La ville de Bangassou se situe dans le sud du pays à la frontière avec la République Démocratique du Congo. Photo Google Map

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres s’est dit outragé par les attaques perpétrées par des éléments présumés anti-Balaka contre des civils et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) les 12 et 13 mai, à Bangassou, dans le sud-est du pays.

un casque bleu tué

Ces attaques ont entraîné des déplacements considérables de civils, un nombre indéterminé de victimes civiles ainsi que la mort d’un Casque bleu marocain, portant à six (quatre Cambodgiens et deux Marocains) le nombre des soldats du maintien de la paix tués en Centrafrique cette semaine.

« Le Secrétaire général présente ses condoléances à la famille endeuillée et au Gouvernement du Royaume du Maroc », a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric dans un communiqué publié dimanche.

situation instable en Centrafrique

« Le Secrétaire général souligne que les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre », a ajouté M. Dujarric. « Il condamne fermement les attaques contre les populations civiles et la MINUSCA et lance un appel aux autorités de la République centrafricaine pour qu’une enquête soit lancée afin que les responsables répondent rapidement de leurs actes devant la justice ».

M. Guterres a réaffirmé la détermination des Nations Unies à faire progresser la mise en œuvre du mandat de la MINUSCA. Il a tenu à remercier profondément les pays contributeurs de troupe et de police dans leur détermination à protéger les civils.

A LIRE AUSSI : attaque mortelle contre des soldats de la paix en Centrafrique

« Ces récents incidents démontrent que la situation en République centrafricaine reste fragile », a rappelé le porte-parole, « d’où le besoin d’un appuis continu et soutenu de la part de la région et de la communauté internationale pour surmonter les défis auxquelles le pays fait face ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.