djihadistes et reblles s’affrontent en Syrie. 500 morts en une semaine

Regain de tensions en Syrie. 500 morts recensés depuis le début de l'année 2014. Photo DP/A View of Syria, Under Government Crackdown. VOA News photo gallery/ Elizabeth Arrott
Regain de tensions en Syrie entre rebelle et djihadistes. 500 morts recensés depuis le début de l'année 2014.  Photo  DP/A View of Syria, Under Government Crackdown. VOA News photo gallery/ Elizabeth Arrott
Regain de tensions en Syrie entre djihadistes et rebelles. 500 morts recensés depuis le début de l’année 2014. Photo DP/A View of Syria, Under Government Crackdown. VOA News photo gallery/ Elizabeth Arrott

Regain de tension en Syrie entre rebelles et Djihadistes en ce début d’année 2014. La guerre civile se prolonge depuis bientôt 3 ans et le bilan des victimes s’alourdit.

Djihadistes Syrie – La guerre qui oppose depuis une semaine des rebelles islamistes aux djihadistes de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL, “djihadistes” lié à Al-Qaïda) a causé la mort de près de 500 personnes dans le nord de la Syrie, a affirmé vendredi une ONG.

Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), a fait état de “482 personnes tuées en raison des combats: 240 membres des brigades rebelles, 157 combattants de l’EIIL et 85 civils”. “Il y a certainement des dizaines d’autres morts mais il nous a été impossible de les documenter avec précision”, a-t-il souligné.

Le dossier : la guerre en Syrie 

Parallèlement à ces assauts contre les djihadistes, les manifestations du vendredi ont repris, comme au début de la révolte contre le régime en 2011.Dans la ville septentrionale de Binnish, des manifestants ont scandé “La Syrie est libre, L’EIIL -djihadistes- dehors”, en arborant des posters proclamant “Bachar al-Assad est notre principal ennemi”.

Vendredi, les rebelles ont poursuivi leur avancée dans les provinces d’Alep et d’Idleb, où la présence de l’EIIL -djihadistes- est faible, tandis que ce groupe a repris l’avantage dans la région de Raqa, qu’il contrôle depuis plusieurs mois, après une offensive des rebelles ces derniers jours.

Alors que le conflit a fait plus de 130.000 morts et ne connaît aucun répit, onze pays soutenant l’opposition modérée, dont les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, vont tenter dimanche à Paris de la convaincre de participer à la conférence de paix dite Genève-2 qui doit s’ouvrir le 22 janvier en Suisse. Réunie cette semaine à Istanbul, la Coalition de l’opposition, profondément divisée sur cette question, a reporté sa décision au 17 janvier.

Etats-Unis et Russie, co-parrains de la conférence de paix en Suisse, ont par ailleurs prévu de discuter de la Syrie lundi, toujours à Paris. Des diplomates russes ont en outre réaffirmé le soutien de la Russie au président Assad dans sa “lutte contre les groupes terroristes”, lors d’une rencontre à Moscou avec la sous-secrétaire d’Etat américaine pour les affaires politiques, Wendy Sherman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.