« extrêmement peu probable » que le Coronavirus provienne d’un laboratoire

« extrêmement peu probable » que le Coronavirus provienne d'un laboratoire
Photo DP/Pixabay

Le nouveau coronavirus est probablement passé des animaux aux humains et il est « extrêmement peu probable » qu’il provienne d’un laboratoire, a déclaré mardi le chef d’une équipe internationale enquêtant sur l’origine de la maladie.

Le Dr Peter Ben Embarek de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’exprimait lors d’une conférence de presse à Wuhan, en Chine, à la fin d’une mission de quatre semaines dans la ville où le nouveau coronavirus est apparu pour la première fois en décembre 2019.

« Nos premiers résultats suggèrent que l’introduction par l’intermédiaire d’une espèce hôte intermédiaire est la voie la plus probable et cela nécessitera plus d’études et des recherches ciblées plus spécifiques », a-t-il déclaré.

L’équipe internationale réunie par l’OMS est composée de 17 experts chinois et d’un nombre égal d’homologues d’autres pays, dans trois domaines : épidémiologie, recherche moléculaire, et l’animal et l’environnement.

L’équipe a visité des hôpitaux et d’autres sites à Wuhan, y compris le marché de Huanan où le virus SARS-CoV-2 a été détecté pour la première fois, et a identifié quatre hypothèses principales sur la façon dont il aurait pu passer aux humains.

« Les résultats suggèrent que l’hypothèse d’un incident de laboratoire est extrêmement peu susceptible d’expliquer l’introduction du virus dans la population humaine, et ce n’est donc pas une hypothèse qui nécessite de futures études dans nos efforts (…) pour comprendre l’origine du virus », a déclaré le Dr Embarek.

Alors que les recherches en cours continuent de suggérer que les chauves-souris sont un réservoir naturel pour le nouveau coronavirus, le Dr Embarek a exclu cette possibilité à Wuhan, car la ville n’est à proximité d’aucun environnement où ces animaux se trouvent.

Le virus aurait pu traverser la chaîne alimentaire
Une hypothèse suggère que le virus aurait pu traverser la chaîne alimentaire, car les produits surgelés peuvent fournir une surface de transmission.

Le Dr Embarek a déclaré que des produits animaux congelés, principalement des fruits de mer, étaient vendus au marché de Huanan, ainsi que des produits fabriqués à partir d’animaux sauvages et d’élevage, dont certains provenaient d’autres régions de Chine ou étaient importés.

« Il est donc possible de continuer à suivre cette voie et d’examiner de plus près la chaîne d’approvisionnement et les animaux qui ont été fournis aux marchés sous forme congelée et sous forme transformée et semi-transformée, ou sous forme brute », a-t-il déclaré.

Cela fait près d’un an que la pandémie de Covid-19 a été déclarée et aujourd’hui il y a plus de 106 millions de cas dans le monde, dont 2,3 millions de décès.

Les enquêtes menées à Wuhan jetteront les bases de la recherche sur l’origine du virus ailleurs, selon le responsable chinois de l’équipe, le Dr Liang Wannian.

Il a déclaré que leur examen d’études non publiées suggère que le virus circulait plus tôt dans d’autres régions.

« Ces études de différents pays suggèrent une circulation du SRAS-CoV-2 précédant la détection initiale des cas de plusieurs semaines », a déclaré le Dr Liang, s’exprimant par l’intermédiaire d’un interprète. « Certains des échantillons suspects positifs ont été détectés encore plus tôt que le premier cas signalé. Cela indique la possibilité qu’une circulation dans d’autres régions n’ait pas été signalée ».

Le Dr Liang a ajouté que la recherche n’avait également trouvé « aucune indication » de transmission du virus à Wuhan avant décembre 2019.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.