“Néonicotinoïdes tueurs d’abeilles” le député Aviragnet s’explique

Néonicotinoïdes tueurs d'abeilles le député Aviragnet s'explique
Photo Archives

Joël Aviragnet, député PS de Haute Garonne a voté contre la réintroduction des pesticides dits néonicotinoïdes. Le texte a été adopté mais à provoqué un vent de fronde y compris chez les députés de la majorité. Le député Joël Aviragnet a tenu à expliquer son refus des Néonicotinoïdes qu’il qualifie “tueurs d’abeilles”.

Ce mardi 6 octobre 2020, l’Assemblée nationale examinait le projet de loi permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes, tueurs d’abeilles, afin de sauver la filière betterave.
En effet, selon le Gouvernement, la réintroduction des néonicotinoïdes doit permettre de protéger les rendements sucriers de la filière française du sucre. Cependant, les néonicotinoïdes sont des pesticides dangereux pour la santé, la biodiversité et l’environnement d’après un rapport de 2016 de l’ANSES (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail). Aussi, un règlement européen interdit l’utilisation des néonicotinoïdes bien qu’il accorde aux pays membres de l’UE un délai jusqu’en 2023 pour supprimer définitivement cette substance nocive.
L’interdiction d’utilisation des néonicotinoïdes a été votée en France le 8 août 2016 et donnait quarte ans à notre pays pour trouver des solutions de substitution à ce pesticide qui détériore la biodiversité, en particulier des territoires ruraux. Or, depuis le vote de cette loi aucune initiative n’a été prise par le Gouvernement pour remplacer cet insecticide.
Un retour des néonicotinoïdes dans notre pays constitue un recul environnemental et sanitaire majeur et n’apporte pas de solution durable à l’agriculture sucrière en France. Cette décision du gouvernement français marque un renoncement de la France à porter les combats environnementaux à l’échèle nationale et européenne.
A ce titre, Joël Aviragnet a voté contre la réintroduction des néonicotinoïdes, préférant privilégier la santé des français et un changement de modèle agricole à une mesure de courte vue visant à sauver temporairement la production de betteraves.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.