« Macronavirus : à quand la fin ? » affaire classée à Toulouse

La Ligue des droits de l'homme contre le Zèle du procureur de Toulouse
Vidéo

Une toulousaine avait passé plusieurs heures en garde à vue pour avoir affiché une banderole sur son domicile.

En plein confinement, une toulousaine a passé plusieurs heures en garde à vue pour avoir affiché une banderole portant les inscriptions “Macronavirus à quand la fin ?” sur son domicile situé dans le quartier de la Roseraie. L’affaire rendue publique avait sollicité une levée de bouclier de nombreux partis politiques et associations qui dénonçaient une atteinte insupportable à la liberté d’expression et soulignaient qu’il s’agissait là d’une Une de l’hebdomadaire satyrique Charlie Hebdo publiée en début d’année.

Le Procureur de la République de Toulouse a informé par courriel la Ligue des droits de l’Homme de ce que le dossier des personnes placées en garde à vue ou contrôlées par la police pour avoir affiché des banderoles portant la mention « Macronavirus : à quand la fin ? » était clôturé et ne donnerait lieu à aucune suite. Dans son communiqué diffusé ce week end, la LDH souligne qu’elle “demeurera néanmoins extrêmement vigilante à l’égard de toute forme d’atteinte à la liberté
d’expression, le libre débat et les polémiques étant constitutifs de l’un des fondements de toute société
démocratique
“.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.