Coronavirus. demande à Israël de libérer les prisonniers palestiniens vulnérables

Coronavirus. demande à Israël de libérer les prisonniers palestiniens vulnérables
Image par Eduardo Castro de Pixabay

Un groupe d’experts des droits de l’homme indépendants des Nations Unies a demandé instamment à Israël de ne pas discriminer les milliers de prisonniers palestiniens exposés à un risque élevé d’exposition au coronavirus.

 Les experts indépendants onusiens ont également plaidé pour la libération des détenus les plus vulnérables, en particulier les femmes, les enfants, les personnes âgées et celles qui ont des problèmes médicaux préexistants.

Selon les experts, plus de 4.520 Palestiniens, dont 183 enfants, 43 femmes et 700 détenus avec des conditions médicales préexistantes seraient actuellement detenus dans les prisons israéliennes. « Ces Palestiniens sont vulnérables dans le contexte de la pandémie actuelle et de l’augmentation relative du nombre de taux de transmission en Israël », ont alerté les experts.

Dans le contexte de la pandémie, les experts ont noté que les visites familiales sont interdites et que l’accès aux avocats est limité pour les détenus palestiniens. Or ils estiment que de telles mesures doivent être « médicalement justifiées » et qu’à la place, d’autres moyens de communication, tels que la visioconférence, devraient être mis à disposition. « Des mesures spéciales et plus souples devraient également s’appliquer aux enfants et aux femmes pour les visites », ont-ils ajouté.

Israël a libéré, en mars dernier, des centaines de prisonniers israéliens à titre préventif. Mais selon les experts, une telle mesure n’a pas été appliquée aux detenus palestiniens. « Cela indique un traitement discriminatoire envers les prisonniers palestiniens – ce qui serait une violation du droit international », ont-ils rappelé.

Pour les experts indépendants onusiens, la libération de prisonniers doit également inclure les personnes en détention administrative et préventive. « Israël devrait prendre des mesures pour libérer ceux qui font l’objet de mesures arbitraires ainsi que les groupes vulnérables dans ses prisons afin de réduire la surpopulation et d’assurer les conditions minimales pour prévenir la propagation du virus », ont-ils fait valoir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.