Coronavirus. Une situation économique très dégradée en Occitanie

Coronavirus. Une situation économique très dégradée en Occitanie
La plupart des commerces sont fermés.Image par Ulrike Mai de Pixabay

La préfecture de région a dressé un bilan de la situation économique au 15 avril en Occitanie. La situation est partout très dégradée.

En cette période de confinement, l’activité économique est fortement ralentie en région Occitanie comme dans toute la France. La préfecture de région et la région Occitanie ont dressé un bilan de situation au 15 avril. A l’exception du secteur tertiaire où le télétravail s’est développé, dans l’industrie ou le commerce la situation est alarmante.

Un tiers des salariés en activité partielle

Au 15 Avril, 32 000 entreprises ont effectué une demande d’indemnisation d’activité partielle pour 658 000 salariés ce qui représente 1/3 des salariés de la région. Le soutien à l’activité partielle représente un coût global de 2,4 Md€ en Occitanie. Le fonds de solidarité Etat/Région qui permet le soutien aux , professions libérales, et micro-entrepreneurs dont le chiffre d’affaires a baissé de 50 % au moins a permis l’indemnisation de 49 795 entrepreneurs pour un montant moyen de 1 295€ (montant du soutien en Occitanie : 64M€).

Trésorerie des entreprises

Les prêts aux entreprises garantis par l’État afin de soutenir la trésorerie
ont été sollicités en Occitanie par 20 000 entreprises pour un montant total de 2 Mds d’euros de crédits.

Par ailleurs 5543 entreprises ont déposé une demande d’annulation ou de report fiscal pour un montant global de 110M€. Le gouvernement a souhaité accélérer le remboursement de crédits (crédit d’impôt
recherche et crédit d’impôt compétitivité et TVA). Au total 229M€ ont été remboursés de manière anticipée en Haute-Garonne.

Arrêt brutal des CDD et de l’intérim

Sur le front du chômage, Pôle Emploi ne constate pas à ce jour de licenciements économiques significatifs, cependant l’augmentation des inscriptions à pôle emploi est réelle du fait du non renouvellement de CDD et de l’arrêt de missions d’interim. Le nombre d’offres d’emploi proposées est lui en baisse de 70 % au regard de la situation antérieure à la crise. Les secteurs de la santé et des transport ont toutefois des besoins significatifs.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.