Coronavirus, alerte aux violences domestiques

Coronavirus, des violences domestiques en hausse partout
Image par Alexas_Fotos de Pixabay

Le chef de l’ONU, António Guterres, appelle à des mesures pour faire face à une « horrible flambée mondiale de violence domestique » dirigée contre les femmes et les filles et liée aux mesures de confinement imposées par les gouvernements en réponse à la pandémie de Covid-19.

Faisant référence à ses appels répétés en faveur d’un cessez-le-feu dans les conflits du monde entier, afin de se concentrer sur la lutte commune pour vaincre le virus, le Secrétaire général a souligné que la violence ne se limite pas au champ de bataille et que « de nombreuses femmes et jeunes filles se retrouvent particulièrement exposées à la violence là où elles devraient en être protégées : dans leurs propres foyers ». 

Cessez le feu des violences domestiques

La combinaison des tensions économiques et sociales provoquées par la pandémie, ainsi que les mesures de confinement, ont considérablement augmenté le nombre de femmes et de filles victimes de sévices, dans presque tous les pays. Cependant, avant même la propagation mondiale du nouveau coronavirus, les statistiques montraient qu’un tiers des femmes dans le monde avaient subi une forme de violence dans leur vie.

Le problème affecte à la fois les économies développées et les pays pauvres : près d’un quart des étudiantes ont déclaré avoir subi des agressions sexuelles ou des comportements inappropriés aux États-Unis, tandis que dans certaines parties de l’Afrique subsaharienne, la violence entre partenaires est une réalité pour 65% des femmes.

Une recherche de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) détaille les effets inquiétants de la violence sur la santé physique, sexuelle, génésique et mentale des femmes. Les femmes qui subissent des violences physiques ou sexuelles sont deux fois plus susceptibles d’avoir un avortement et l’expérience double presque leur probabilité de sombrer dans la dépression. Dans certaines régions, elles sont 1,5 fois plus susceptibles de contracter le VIH, et il existe des preuves que les femmes agressées sexuellement sont 2,3 fois plus susceptibles de souffrir de troubles liés à l’alcool.

87000 femmes tuées

87.000 femmes ont été intentionnellement tuées en 2017, et plus de la moitié ont été tuées par des membres de l’entourage. La violence à l’égard des femmes est une cause de décès et d’incapacité chez les femmes en âge de procréer aussi grave que le cancer et une plus grande cause de mauvaise santé que les accidents de la circulation et le paludisme réunis.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.