Paris. stèle en hommage aux victimes algériennes de la répression du 17 octobre 1961

Paris. stèle en hommage aux victimes algériennes de la répression du 17 octobre 1961
Maurice Papon, alors préfet de police de Paris Photo Par André Cros — Cette photographie provient du fonds André Cros, conservé par les archives municipales de la ville de Toulouse et placé sous licence CC BY-SA 4.0 par la délibération n°27.3 du 23 juin 2017 du Conseil Municipal de la Ville de Toulouse., CC BY-SA 4.0

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a inauguré ce jeudi 17 octobre une stèle en acier sur le pont Saint-Michel représentant les manifestants Algériens réprimés par les forces de l’ordre en octobre 1961. La maire de Paris Anne Hidalgo a inauguré jeudi une stèle commémorative « pour mieux rendre hommage » aux victimes de la répression sanglante de la manifestation d’Algériens le 17 octobre 1961, a constaté un journaliste de l’AFP. Ce jour-là, plus de 20 000 Algériens défient, à l’appel du Front de libération nationale (FLN), le couvre-feu qui leur a été imposé dans la capitale. La situation dégénère et des manifestants – de quelques dizaines à plus de 200 selon les sources -, sont tués par balle, à coups de pioche ou de crosse de fusil, et jetés dans la Seine par les forces de l’ordre. « C’est l’histoire de Paris, notre histoire, celle d’une ville qui n’accepte pas ce type de répression, qu’on puisse tuer des femmes et des hommes parce qu’ils manifestaient pacifiquement pour une cause », a déclaré Anne Hidalgo, après une brève cérémonie, en présente de quelques dizaines d’invités et d’autant de spectateurs, dont plusieurs brandissaient des drapeaux algériens.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.