Syrie. La Turquie va attaquer les Kurdes « sous peu », ignorant les volte-face de Trump



La Turquie a affirmé ce mardi être prête à lancer une nouvelle offensive en Syrie contre une milice kurde, ignorant les atermoiements du président américain Donald Trump qui a assuré ne pas la lâcher après avoir laissé entendre le contraire. Une offensive turque contre les Unités de protection du peuple (YPG), une milice turque, semble imminente. Le ministère turc de la Défense a indiqué que « tous les préparatifs en vue d’une opération ont été achevés ». Lundi soir, l’armée turque a dépêché des renforts, notamment des chars, à sa frontière avec la Syrie, et de nouveaux véhicules blindés y ont été massés mardi. L’attaque aurait démarré Dès mardi soir, les Forces démocratiques syriennes (FDS), emmenées par des combattants kurdes, affirmaient que l’attaque avait démarré. « L’armée turque bombarde l’une de nos positions », ont-elles écrit sur Twitter, en évoquant la ville frontalière de Ras al-Aïn. Les hésitations de Trump Les États-Unis ont semblé hésiter après l’annonce par la Maison-Blanche, dimanche soir dans la foulée d’un entretien téléphonique entre Donald Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, que les militaires américains stationnés dans la zone seraient retirés en vue d’une opération turque. À LIRE AUSSI Syrie. Pourquoi Donald Trump a fait marche arrière sur le retrait des soldats américains Accusé jusque dans son propre camp de lâcher des alliés des États-Unis, le président Trump a réorienté lundi son discours en affirmant qu’il « anéantirait complètement l’économie de la Turquie » si celle-ci « dépassait les bornes ».



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.