Attaque à la préfecture de police de Paris. Castaner veut automatiser le signalement des radicalisations

Sous pression, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner formule de nouvelles propositions pour la sécurité.

Dysfonctionnement

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déploré, ce lundi, que la radicalisation de Mickaël Harpon, l’assaillant de la préfecture de police de Paris, n’ait pas donné lieu à des alertes « au bon niveau, au bon moment ». Il parle de « dysfonctionnement d’État » mais pas de « scandale d’État ». Interrogé ce lundi matin sur France Inter, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a déploré que la radicalisation de Mickaël Harpon, l’assaillant de la préfecture de police de Paris, n’ait pas donné lieu à des alertes « au bon niveau, au bon moment ». Il a rappelé que Mickaël Harpon avait justifié les attentats de Charlie Hebdo en 2015 au sein de son service sans faire l’objet d’un « signalement formel ».

Un départ n’est pas à l’ordre du jour

Il a souhaité que chaque alerte fasse désormais l’objet d’un « signalement automatique ». « La première faille de notre système c’est qu’il n’y ait pas eu de signalement et surtout que celui-ci n’ait pas été automatique. […] Je souhaite que toute alerte fasse l’objet d’un signalement automatique », a-t-il appuyé. « Les signaux d’alerte auraient du être suffisants pour déclencher une enquête en profondeur », a estimé Christophe Castaner qui a promis de « resserrer encore les mailles du filet ». Pas de démission Invité à se prononcer sur son éventuelle démission, Christophe Castaner a déclaré qu’il ne se sentait pas « personnellement responsable » et que son départ du ministère de l’Intérieur n’était donc pas à l’ordre du jour. La tuerie à la préfecture de police est révélatrice d’un « dysfonctionnement d’État » mais pas d’un « scandale d’État » a Christophe Castaner.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.