Orage violent sur Toulouse, ouverture d’une enquête publique pour évaluer les dégâts

Orage violent sur Toulouse, ouverture d'une enquête publique pour évaluer les dégâts-min
Des vents de plus de 120 km/h ont été enregistrés dans la soirée. Photo Pixabay/Peggychoucair

Un épisode d’orages violents et de chutes de grêles a eu lieu, dans la nuit du 19 au 20 juin 2019 sur certaines communes du département de la Haute-Garonne. Cet épisode a touché une bande de quelques kilomètres qui s’étend d’ouest en est sur un axe Saiguède – La Faget, en passant par le sud de Toulouse. Un recensement des communes concernées est en cours, en partenariat avec le réseau des conseillers agricoles de la chambre départementale d’agriculture a indiqué la préfecture de Haute Garonne ce lundi.

Étienne Guyot, préfet de région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, a chargé la direction départementale des territoires (DDT) de lancer dans les tous prochains jours une mission d’enquête. Cette mission, qui associe les services de l’État, de la chambre départementale d’agriculture, et d’autres acteurs professionnels de l’agriculture, effectuera des visites de terrain pour objectiver les dégâts consécutifs à cet événement climatique et de procéder à une estimation des dommages. Ces éléments, croisés avec les informations disponibles auprès de Météo France (précipitation, localisation, caractère exceptionnel et lien direct avec les dommages constatés), permettront d’émettre une demande de reconnaissance de calamités agricoles.

Il est cependant rappelé que face à un épisode orageux et notamment de grêle, l’essentiel des pertes de récolte ne relève pas du champ des calamités agricoles, car ces pertes sont assurables. Les dommages pouvant bénéficier du fonds de calamité agricoles correspondent pour l’essentiel aux pertes de récolte sur prairies (grêle) et des pertes de fonds (orages). Les exploitants agricoles touchés par des dégâts (pertes de fonds et pertes de récolte sont invités à se rapprocher de la chambre départementale d’agriculture pour être recensés, et de la DDT pour réaliser, au besoin, une déclaration d’accident de culture.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.