Hausse des droits d’inscription pour les étudiants étrangers, la fronde s’étend à Toulouse

Hausse des droits d'inscription pour les étudiants étrangers, la fronde s'étend à Toulouse
Le gouvernement estime que cette mesure "va permettra de renforcer l’attractivité de la France". Photo Pixabay/StockSnap

Le décret portant hausse vertigineuse des droits d’inscriptions pour les étudiants étrangers non ressortissants de l’Union européen vient de paraître. Les droits d’inscription sont multipliés parfois par 10 pour certains étudiants. Par exemple, une inscription pour un étudiant de Master s’élève habituellement à 243 euros. Elle est portée à plus de 3700 euros pour des étudiants étrangers non membre d’un Etat membre de l’Union européenne. Une hausse qui ne passe pas auprès des syndicats mais aussi de nombreuses universités.

Plusieurs conseils ou dirigeants d’université ont d’ores et déjà annoncé ne pas vouloir mettre en place cette réforme jugée “injuste” et “discriminatoire” à la rentrée prochaine. Au total, la fronde à la hausse de frais d’inscription touche, pour l’heure, 24 universités sur 75. A Toulouse, la nouvelle présidente de l’Université Toulouse Jean Jaurès a publiquement indiquéSi le projet de réforme portant sur l’augmentation des droits d’inscription pour les étudiant·e·s internationaux·ales hors UE devait effectivement être mis en œuvre à la rentrée 2019, je proposerais à notre Conseil d’Administration que notre établissement ait recours à toutes les dispositions règlementaires permettant à nos étudiant·e·s internationaux·ales de ne pas avoir à s’acquitter de frais d’inscription différenciés. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.