Categories: politique

Manifestation à Toulouse, graves accusations, 14 blessés et 37 arrestations

Ce samedi a eu lieu le 22e acte de la contestation des Gilets Jaunes à Toulouse. Toulouse était capitale nationale du mouvement des Gilets Jaunes. Elle se termine par de graves accusations de la part de la Ligue des Droits de l’homme et plusieurs syndicats.

Manifestation interdite de fait

Plusieurs milliers de personnes, entre 5 et 10000 avaient répondu à l’appel des Gilets Jaunes mais aussi de nombreuses associations et syndicats qui avaient appelé à manifester pour lancer un message au gouvernement à propos des libertés fondamentales. Des manifestants venaient de toute la région mais aussi d’un peu partout en France. Si la matinée s’est déroulée dans le calme aux abords de la place Wilson, la situation a rapidement dégénéré en début d’après midi. A ce propos, la très sérieuse Ligue des Droits de l’Homme LDH, et plusieurs syndicats, la CGT ou la FSU portent de graves accusations contre le gouvernement et les représentants du ministère de l’intérieur. Selon eux ” les participants à l’appel national à manifester pour les libertés et la défense de manifester, ce samedi 13 avril à Toulouse, ont été gazés par les forces de l’ordre dès leur arrivée. Ces interventions brutales des forces de police ont empêché délibérément le rassemblement préparatif à la manifestation autorisée. La manifestation a été interdite de fait“.

Manifestants très hostiles

Pas de commentaire du côté de la Préfecture de Haute Garonne mais un constat : des incidents ont eu lieu du fait de “manifestants très hostiles“, à différents endroits à Toulouse : des jets de projectiles et des tirs de feux d’artifices en direction des forces de l’ordre, la dégradation d’une moto de police, un feu de véhicule utilitaire qui a aussi entraîné la détérioration d’une porte arrière d’un magasin, l’incendie d’un scooter, d’une remorque de chantier et de poubelles, la dégradation de vitres d’une agence d’intérim, d’une agence immobilière et d’une agence bancaire ainsi que des dégradations de mobilier urbain.

Arrestations pour dissimulation de visage

Selon le bilan établi par les autorités samedi soir, on dénombre 14 blessés en urgence relative dont un blessé parmi les forces de l’ordre, onze blessés parmi les manifestants et deux blessés qui sont des personnes tierces (passants).
37 personnes ont été, pour l’instant, interpellées en centre-ville, notamment
pour jets de projectiles, dégradation ou port d’arme. Il est à noter que parmi
ceux-ci, dans le cadre de la loi anti casseurs, plusieurs l’ont été pour dissimulation volontaire de visage.

Partager

Articles Récents

Procès Mélenchon, le Parquet demande le renvoi

Jean Luc Mélenchon et plusieurs responsables de la France Insoumise dont le député européen toulousain l’eurodéputé Manuel Bompard étaient convoqués…

19 septembre 2019

Municipales à Toulouse, Romain Cujives quitte le Parti socialiste

Romain Cujives a été suspendu du parti socialiste par la fédération de Haute Garonne. Il confirme aujourd'hui quitter le PS.…

17 septembre 2019

Vers un réchauffement climatique plus grave que prévu

De nouvelles études scientifiques publiée mardi prévoient un réchauffement plus important en 2100 que les versions précédentes. Réaliser les objectifs…

17 septembre 2019

Rugby – 4 toulousains pressentis pour France Argentine

L'équipe de France de rugby débute sa coupe du monde 2019 au Japon face à l'Argentine samedi. 4 joueurs toulousains…

17 septembre 2019

Toulouse, des policiers agressés à Empalot et place Abbal

Violences urbaines et agressions de policiers quartier Empalot et place Abbak dans la nuit du 16 au 17 septembre. Deux…

17 septembre 2019

Grand soleil et 32 degrés mardi à Toulouse

L’été indien se prolonge ce mardi et toute la semaine à Toulouse. Les températures sont supérieures aux normales de saison.…

17 septembre 2019