Procès Abdelkader Merah. Le frère aîné décrit « la haine » familiale

Procès Abdelkader Merah. Le frère aîné décrit la haine  familiale
Abdelghani Merah Par NicoleonTravail personnel, CC BY-SA 4.0

L’aîné de la fratrie Merah a décrit ce mercredi 27 mars une famille ancrée dans la violence et la haine, affirmant que son cadet Abdelkader, rejugé aux assises pour complicité des assassinats de son frère Mohamed, avait fait du petit dernier « un tueur d’enfants ».

Ses premiers mots pour les victimes

Abdelghani Merah, 42 ans, est témoin de l’accusation pour le procès en appel de son frère Abdelkader, jugé pour complicité dans les tueries de leur frère Mohamed Merah en mars 2012 à Toulouse qui s’est ouvert lundi 25 mars à Paris. Abdelghani Merah est l’aîné, le dissident, le « traître » qui a dénoncé les siens après la mort de Mohamed Merah, tué par la police après avoir abattu trois militaires, un enseignant et trois enfants juifs.

“ce n’est pas mon frère”

Ses premiers mots sont pour les victimes. Il égrène leurs noms, sa silhouette frêle ployant sous l’émotion. « Je suis désolé », dit-il à Samuel Sandler, père et grand-père de victimes de l’école juive Ozar Hatorah. « La dernière fois qu’on a tué des enfants juifs, c’était les nazis. » Pas un regard pour Abdelkader, de six ans son cadet, qui le fixe depuis le box. « Je n’arrive pas à me tourner vers cette personne, ce n’est pas mon frère, c’est celui qui a envoyé Mohamed Merah à la mort ».Il estime qu’Abdelkader, condamné en 2017 à 20 ans de réclusion mais acquitté du chef de complicité, « a beaucoup de chance d’être jugé par la France ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.