Des centaines d’armes de guerre saisies près de Carcassonne

Des centaines d'armes de guerre saisies près de Carcassonne
Photo Archives Pixabay/WorldSpectrum

Un véritable arsenal découvert près de Carcassonne après une longue enquête.

la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) vient de démanteler un réseau international de trafics d’armes. Les policiers ont découvert ’un atelier de reconditionnement d’armes. Une tonne d’armes ont été saisie dans la région de Carcassonne.

Dans le cadre d’une enquête menée depuis plusieurs mois par la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), une vaste opération a été déclenchée dans la région de Carcassonne impliquant plusieurs visites domiciliaires, mobilisant une trentaine d’agents et d’experts techniques de la DNRED, ainsi qu’une équipe maître-chien dépêchée depuis Marseille a précisé le ministère.

Des ramifications en Europe et jusqu’aux Etats Unis

Un atelier de reconditionnement de parties d’armes était découvert. Ces parties d’armes étaient importées par le réseau depuis l’étranger, puis reconditionnées et remises en état. Les investigations ont permis d’établir des ramifications internationales en Europe et aux Etats-Unis notamment grâce à l’appui de services étrangers partenaires dans le cadre de la coopération douanière internationale.

Kalachnikovs et Uzi

Cette vaste opération a permis la saisie d’une centaine d’armes de catégorie A et B (dont des armes de guerre telles que des kalachnikovs, des fusils d’assaut de type AR15, pistolets mitrailleurs UZI, etc.), plus de 130 armes de catégorie C, 770 kg de munitions, 350 chargeurs, une multitude de canons et culasses d’armes à feu, ainsi que divers matériels classés (casques de vision nocturne, lunettes de tir, etc.). La valeur de la totalité des matériels saisis est estimée à près de 200 000 euros.

Trois hommes en garde à vue

Trois membres de ce réseau criminel ont été placés en retenue douanière puis remis à la police judiciaire de Perpignan co-saisie des suites du dossier avec la douane judiciaire (SNDJ) de Toulouse, sous l’autorité de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.