Jean-Claude Romand devra attendre pour savoir s’il est libéré

Jean-Claude Romand, qui a menti à sa famille sur son métier de médecin avant d’assassiner femme, enfants et parents, devra attendre pour savoir s’il pourra sortir de prison après 22 ans derrière les barreaux. 

Après une audience ce jeudi 31 janvier, la décision sera rendue le 8 février. Jean-Claude Romand avait menti sur sa vie en se faisant passer pour un médecin. Il avait tué sa femme, leurs deux enfants et ses parents en 1993, et avait été condamné à la prison à perpétuité, avec période de sûreté de 22 ans, pour ces assassinats en 1996. Désormais, comme il le peut, il demande sa libération conditionnelle. L’audience examinant sa demande s’est tenue jeudi 31 janvier à la prison de Saint-Maur, près de Châteauroux, où il est détenu.

Les parties civiles s’y opposent

Les parties civiles sont opposées à cette libération, a déclaré à l’issue de l’audience Me Moureu, qui représente les deux frères de Florence Romand, l’épouse assassinée, expliquant que ses clients sont dans l’« anxiété et l’attente ». Une première audience avait eu lieu en novembre mais la décision qui devait être rendue en janvier a été reportée en raison de l’apparition « de nouvelles pièces, de nature à influer sur la décision du tribunal », communiquées par l’administration pénitentiaire, avait expliqué le procureur de la République de Châteauroux Stéphanie Aouine. Les parties civiles et le parquet s’étaient opposés à la demande de liberté conditionnelle de Romand lors de la première audience. « Les parties civiles n’ont pas changé de position depuis le mois de novembre et le parquet est également opposé en l’état à cette libération », a indiqué Me Moureu jeudi. La décision sera rendue le 8 février.

Label : Kangai News

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.