Le gouvernement a dévoilé vendredi son projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour les dix ans à venir, qui prévoit notamment quatre à six fermetures de réacteurs nucléaires d’ici à 2028.

« Dans cette stratégie, le nucléaire joue un rôle important », a souligné François de Rugy, qui signait ce lundi 28 janvier le contrat stratégique de la filière nucléaire avec les industriels du secteur. « Il ne s’agit pas, je tiens à le dire très clairement, d’une stratégie de sortie du nucléaire » mais « il s’agit d’un rééquilibrage dans lequel le nucléaire a sa place », a indiqué François de Rugy.« Nous considérons que, dans la production d’électricité en France, et sans doute en Europe et dans le monde, le nucléaire peut jouer un rôle puisqu’il présente une production totalement “décarbonée” », a-t-il insisté.

De nouveaux EPR en France ?

Il a aussi rappelé que le gouvernement attendait des propositions d’EDF en 2021 avant de décider éventuellement de la construction de nouveaux réacteurs de type EPR en France. « Nous avons voulu que les données puissent être mises sur la table d’ici 2021 pour qu’un choix politique puisse être fait de la façon la plus transparente et démocratique qui soit à l’occasion des élections de 2022 », a indiqué M. de Rugy. Ce choix devra s’appuyer sur des évaluations sur le coût et le financement, ainsi que sur la faisabilité technique. À ce titre, le gouvernement veut attendre le démarrage de l’EPR de Flamanville (Manche), le seul aujourd’hui en construction dans le pays, qui a connu de nombreux retards et surcoûts. « C’est la sagesse d’attendre que Flamanville ait fait la preuve de son fonctionnement avant d’engager des décisions », a affirmé le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. François de Rugy a aussi appelé à « sortir des polémiques » sur l’EPR. « Ce qui fragilise le plus la filière nucléaire c’est le manque de compétence et le manque de qualification ». Le contrat stratégique signé lundi par les deux ministres met l’accent sur quatre points : Emploi, compétences et formation ; Transformation numérique de la filière nucléaire ; R & D et transformation écologique de la filière nucléaire et l’International. Bruno Le Maire a insisté sur le premier point : « aujourd’hui, ce qui fragilise le plus la filière nucléaire c’est le manque de compétence et le manque de qualification ».

Voir les commentaires

  • Avant la capitalisation d'EDF, il y avait beaucoup moins de problèmes. Le seul endroit ou il y a des gains c'est dans la poche des actionnaires ....

Partager

Articles Récents

Une manifestation pour Steve ce mercredi à Toulouse

A l'appel de syndicats et partis politiques, une manifestation est organisée ce mercredi à Toulouse pour rendre hommage à Steve…

31 juillet 2019 16:13

Sécheresse, les restrictions eau maintenues en Haute Garonne

Les pluies orageuses de ces derniers jours ont mis fin à l'épisode de canicule. Mais les restrictions à l'usage de…

31 juillet 2019 16:04

L’Allocation de Rentrée scolaire versée à partir du 20 août

L'Allocation de rentrée scolaire aide, sous condition de ressources, les familles à assumer les dépenses liées à la rentrée. Elle est versée…

31 juillet 2019 15:56

Tarn, enquête après la découverte d’os

Des explorateurs amateur ont découvert des os dans une cavité située sur la commune d'Escoussens à quelques kilomètres au sud…

31 juillet 2019 15:49

Airbus à la conquête du marché asiatique pour son modèle A220

Un Airbus A220-300 d'essai en vol se rendra dans six villes en Asie dans le cadre de sa tournée de…

30 juillet 2019 11:09

Stationnement gratuit du 1er au 15 août à Toulouse

La Mairie de Toulouse reconduit le stationnement gratuit sur l'ensemble du périmètre de stationnement payant sur voirie (centre-ville et hors…

30 juillet 2019 11:04