Parcoursup : le Défenseur des droits réclame plus de transparence

Parcoursup : le Défenseur des droits réclame plus de transparence

Le Défenseur des droits Jacques Toubon recommande un outil d’admission post-bac plus transparent et la garantie d’une mixité sociale dans l’enseignement supérieur, à la veille de l’ouverture des inscriptions à Parcoursup.

Un outil d’admission post-bac plus transparent et la garantie d’une mixité sociale dans l’enseignement supérieur: telles sont les recommandations du Défenseur des droits pour la plateforme Parcoursup, vivement critiquée et sur laquelle lycéens et étudiants pourront s’inscrire à partir de mardi. Jacques Toubon recommande dans un communiqué publié lundi de rendre publics les critères précis à partir desquels les universités choisissent les bacheliers et les étudiants en réorientation dans chacune de leurs formations. “La publication de ces informations ne porte pas atteinte aux principes de souveraineté du jury et du secret de ses délibérations”, estime le Défenseur. Jusqu’ici, le gouvernement invoquait ce secret pour ne pas dévoiler les critères utilisés par les commissions de voeux pour choisir les candidats.

Dans les coulisses de Parcoursup

Mis en place l’an dernier pour remplacer un système qui faisait intervenir le tirage au sort, Parcoursup a essuyé de vives critiques sur son manque de transparence, et a été soupçonné d’alimenter des discriminations, notamment dans l’accès des lycéens de banlieue à l’université. Le Défenseur des droits avait été saisi du sujet par plusieurs syndicats étudiants et enseignants, ainsi que le sénateur communiste des Hauts-de-Seine, Pierre Ouzoulias, et de Stéphane Troussel (PS), le président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

Label : Kangai News Date d’ajout : 21/01/2019

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.