Cocaïne, héroïne, de plus en plus de drogue transite en Afrique

Cocaïne, héroïne, de plus en plus de drogue transite en Afrique
Si, au niveau mondial, à peine une personne sur six souffrant de troubles de la dépendance reçoit un traitement, en Afrique, c’est seulement une sur 18 qui y a accès. Photo DP

Afrique centrale et de l’Ouest : des tendances alarmantes dans le trafic de stupéfiants, avertit l’ONU

« Les réseaux criminels ne limitent plus leurs activités à l’acheminement par l’Afrique de la cocaïne et de l’héroïne en Europe », a expliqué le Directeur exécutif de l’UNODC, en précisant que 87% des opioïdes pharmaceutiques saisis dans le monde l’avait été dans des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest, ainsi qu’en Afrique du Nord. 

Selon M. Fedotov, cette tendance est en grande partie le résultat d’une hausse de la consommation de Tramadol, un antidouleur qui fait l’objet d’un trafic considérable aux fins d’un usage non médical. 

En outre, les saisies de cocaïne importante en Afrique suggèrent que sa consommation a touché ces marchés.  Et grâce au Programme de communication aéroportuaire de l’ONUDC, qui est opérationnel dans plusieurs aéroports africains, nous savons que les saisies d’héroïne sont en hausse à travers toute la région, de Lagos à Accra, en passant par Cotonou, de même que celles de méthamphétamine, et plus récemment encore d’Éphédrine et de Phenacetine, a relevé le Directeur exécutif.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.