Demain tous obèses ? conférence-débat, le 21 novembre à Toulouse

Demain tous obèses ? conférence-débat, le 21 novembre à Toulouse
Photo DP

La première conférence-débat “Demain tous obèses ?”, du cycle des Grandes ouvertures de cette saison, co-organisée par l’université Toulouse III – Paul Sabatier et l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, en collaboration avec l’Inserm se tient le 21 novembre, à 18h à l’Hôtel d’Assezat.

Cette conférence-débat sera modérée par le Dr. Max Lafontan, directeur de recherche émérite Inserm, membre de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres.

Intervenants :
Dr. Anne Bouloumié, Directrice de recherche Inserm (Inserm/université Toulouse III – Paul Sabatier – UMR 1048), Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires, Hôpital Rangueil, Toulouse

Pr. Philippe Valet, Professeur de Physiologie à l’université Toulouse III – Paul Sabatier (Inserm/Université Paul Sabatier – UMR 1048), Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires, Hôpital Rangueil, Toulouse

L’obésité correspond au développement excessif de la masse grasse (ou tissu adipeux). L’augmentation alarmante des taux d’obésité et de diabète de type 2 ainsi que de plusieurs maladies métaboliques et certains types de cancer qui y sont associées sont à l’origine de nombreux décès prématurés. Sommes-nous à risque de devenir tous obèses ? Que penser du concept des obèses sains ? Au cours de cette conférence seront abordées les perturbations de la régulation du métabolisme énergétique et leurs conséquences sur la santé dans le contexte de la surcharge pondérale et des obésités. Après une présentation des données épidémiologiques et des projections sur l’évolution de l’obésité en France et dans le monde, la biologie des dépôts adipeux ainsi que les facteurs environnementaux impliqués dans le développement des obésités seront traités succinctement. Enfin, les approches de préventions et de thérapie actuelles ou en cours de développement seront aussi envisagées. Quels que soient les apports de la recherche, il ne faut jamais oublier que les comportements alimentaires au même titre que l’activité physique sont des facteurs modifiables de l’existence qui peuvent contribuer à une diminution appréciable du nombre d’obèses et des taux de morbidité et mortalité de l’obèse.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.