Au moins 80 000 enfants expulsés d’Angola vers la République Démocratique du Congo

Au moins 80 000 enfants expulsés d'Angola vers la République Démocratique du Congo
l’UNICEF a lancé un appel de fonds de trois millions de dollars américains pour financer sa réponse immédiate dans les prochaines semaines. Photo DP

Au moins 80.000 enfants récemment expulsés d’Angola en République démocratique du Congo (RDC) ont maintenant besoin d’une aide humanitaire, a souligné aujourd’hui l’UNICEF.

« Plus de 300.000 citoyens congolais ont été expulsés d’Angola depuis le 1er octobre, ce qui inquiète les partenaires humanitaires sur l’apparition d’une autre crise pour un pays déjà aux prises avec de multiples conflits », a déclaré le porte-parole de l’UNICEF, au cours d’un point de presse ce mardi à Genève.

Selon Christophe Boulierac, l’arrivée de rapatriés congolais au cours des dernières semaines s’est produite principalement dans la province du Kasaï, bien que certains enfants et familles soient rentrés dans les provinces voisines, notamment le Kasaï central et au Kwango.

« Des milliers d’enfants marchent sur de longues distances, exposés aux intempéries, à la faim, à l’insécurité et au risque de violence », a déclaré de son côté le Représentant de l’UNICEF en RDC.

« Ils ont un accès limité à l’eau potable et à des soins de santé, et sont privés d’éducation. Nous sommes très inquiets pour leur situation et celle de leurs familles », a ajouté Gianfranco Rotigliano, cité dans ce communiqué.

Selon l’UNICEF, aux divers points frontaliers avec l’Angola, les services nationaux de migration sont débordés par le grand nombre de personnes retournant en RDC, dont beaucoup restent concentrées dans de petites villes frontalières. Les autorités craignent la recrudescence des épidémies, compte tenu de la proximité avec laquelle la population rapatriée vit actuellement.

Comme pour aggraver la situation des enfants et des familles qui rentrent en RDC, le prix des produits de première nécessité a fortement augmenté dans certaines régions, faisant craindre une augmentation des cas de malnutrition chez les enfants.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.