Pressions sur l’Arabie saoudite après la disparition de Jamal Khashoggi

Pressions sur l’Arabie saoudite après la disparition de Jamal Khashoggi
L'opposant politique aurait disparu à Istambul. Photo Archives

Deux semaines après la disparition de Jamal Khashoggi, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a exhorté mardi les gouvernements saoudien et turc à révéler tout ce qu’ils savent sur la disparition et la possible exécution extrajudiciaire du journaliste saoudien après une visite au consulat de son pays à Istanbul, en Turquie.

« Compte tenu de la gravité de la situation entourant la disparition de M. Khashoggi, j’estime que l’inviolabilité ou l’immunité des locaux et des fonctionnaires concernés accordée par des traités tels que la Convention de Vienne de 1963 sur les relations consulaires devrait être levée immédiatement », a déclaré Michelle Bachelet, dans un communiqué.

« En vertu du droit international, tant la disparition forcée que les exécutions extrajudiciaires sont des crimes très graves, et l’immunité ne devrait pas être utilisée pour entraver les enquêtes sur ce qui s’est passé », a-t-elle ajouté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.