Le nageur d’endurance Lewis Pugh se prépare à nager toute la longueur de la Manche, qui sépare le Royaume-Uni de la France, pour exhorter les gouvernements à s’engager à protéger 30% des océans de la planète d’ici 2030.

« La Manche est l’Everest de la natation. Cela a toujours été l’Everest de la natation et le sera toujours … parce que c’est une natation difficile. C’est long, froid et plein de méduses », a déclaré mardi le nageur à Londres à l’occasion du lancement de ce défi.

Lewis Pugh, nommé Protecteur des océans par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP), partira cette semaine de Land’s End en Cornouailles et nagera 560 km jusqu’à Douvres dans le Kent pendant 50 jours consécutifs, a précisé le PNUE dans un communiqué de presse.

Il prévoit de nager cinq heures par jour, soit en moyenne 10 à 20 km. Il s’est entraîné dans les eaux froides des îles Falkland (Malvinas) puis de l’Afrique du Sud, où il vit, nageant environ sur une distance de 7 km par jour. Mais ce défi concerne autant l’esprit que le corps.

« Cette course est la plus longue jamais essayée par moi et elle exigera un état d’esprit complètement différent. Ce sera un voyage physique énorme et un voyage mental énorme », a dit le nageur.

Environ 1.800 personnes ont nagé à travers la Manche depuis que le Capitaine Matthew Webb a relevé ce défi en 1875. Mais personne n’a tenté de nager la longueur, équipé seulement d’un maillot de bain, de lunettes et d’un bonnet.

Ce défi sportif marque le début d’une campagne mondiale d’action pour les océans pour exhorter les gouvernements à protéger 30% des océans de la planète d’ici 2030. Lewis Pugh, qui soutient la campagne Mers propres de l’ONU, a déclaré avoir vu des changements terribles dans les océans du monde au cours des trois dernières décennies.

« Je nage depuis 30 ans, ce qui est une longue période dans une vie humaine, mais en termes écologiques, c’est si court, et j’ai littéralement vu les océans changer. De l’Arctique à l’Antarctique, les récifs coralliens, partout, j’ai vu les océans changer », a-t-il dit. « Nos océans ne sont ni propres ni sains. Chaque année, je vois de plus en plus de pollution plastique … Je le vois en surface et au fond des océans. Je vois les poissons manger du plastique et les oiseaux manger du plastique et ils meurent et si nous mangeons du poisson, nous mangeons aussi du plastique ».

Partager

Articles Récents

Toulouse Bagnères de Bigorre, pourquoi c’est une étape piège pour les favoris du Tour

La 12e étape du Tour de France, longue de 209 kilomètres mène les coureurs de Toulouse quartier Bagatelle à Bagnères de…

18 juillet 2019 10:11

Sauvagement poignardée à Toulouse, une femme entre la vie et la mort

Une femme a été sauvagement agressée dans la nuit de mercredi à jeudi dans le quartier Bonnefoy à Toulouse. Son…

18 juillet 2019 06:38

Le Tour des Pitchounes à Toulouse Bagatelle

Après plusieurs années de tractations entre les membres de l'association MediaPitchounes, les autorités et les organisateurs de la course, le…

18 juillet 2019 06:20

Albi Toulouse, itinéraire et horaires de la 11e étape du Tour de France

Après une journée de repos à Albi, les coureurs du Tour de France arrivent à Toulouse pour la 11e étape.…

17 juillet 2019 07:56

Temps estival à Toulouse ce mercredi

Journée estivale ce mercredi 17 Juillet à Toulouse. Ce temps va se prolonger. Météo France confirme un épisode de fortes…

17 juillet 2019 07:35

Les pompiers de Haute Garonne en renfort dans l’Aude

De nombreux incendies sont signalés ce lundi dans le Tarn ou l'Aude. Des renforts ont été mobilisés. Depuis ce lundi…

15 juillet 2019 16:47