Vers une enquête internationale sur la situation au Cachemire

Le chef des droits de l’homme de l’ONU appelle à une enquête sur les violations au Cachemire. Des décennies de violations des droits humains des deux côtés de la ligne de contrôle au Cachemire ont « tué de nombreuses vies » et devraient faire l’objet d’une enquête internationale de haut niveau, a déclaré jeudi le chef des droits de l’homme de l’ONU.

Vers une enquête internationale sur la situation au Cachemire
L’Inde continue de réclamer l’intégralité du Cachemire historique. Photo DP

A l’occasion de la publication du premier rapport de l’ONU sur les droits de l’homme dans ce territoire que se disputent l’Inde et le Pakistan, Zeid Ra’ad Al Hussein a fait part de son intention de demander au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève de constituer une commission d’enquête lors de sa prochaine session qui commence lundi.

Le Haut-Commissaire – dont le mandat se termine cet été – a dénoncé ce qu’il appelle « l’impunité chronique pour les violations commises par les forces de sécurité » et a déclaré que la nature politique du conflit avait masqué les «souffrances indicibles » de millions de personnes.

Le rapport de 49 pages se concentre principalement sur l’utilisation de la «force excessive» par les soldats dans l’État indien du Jammu-et-Cachemire, même s’il examine également une série de violations des droits dans le Cachemire administré par le Pakistan.

Dans le Cachemire administré par l’Inde, le rapport détaille l’ampleur des manifestations qui ont éclaté au Jammu-et-Cachemire il y a deux ans, après que les forces de sécurité indiennes ont tué le chef d’un groupe armé. Il note comment l’usage d’une de «la force excessive» a conduit à la mort d’environ 145 civils de la mi-2016 à avril de cette année.

Le manque d’accès des victimes à la justice reste un défi majeur au Jammu-et-Cachemire, poursuit le rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

Il détaille comment une législation sur mesure donne au personnel de sécurité une «immunité virtuelle» contre des réparations légales à moins que le gouvernement indien ne l’autorise. Il souligne qu’il n’y a «pas eu de poursuites» depuis l’entrée en vigueur il y a près de 30 ans de la loi sur les pouvoirs spéciaux des forces armées (Jammu-et-Cachemire).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.