Comment Toulouse veut lutter contre le moustique Tigre

Comment Toulouse veut lutter contre le moustique Tigre
Photo DP

La mairie de Toulouse, l’Agence Régionale de Santé et le Département ont présenté aujourd’hui (mardi 12 juin), à la maison de citoyenneté de Saint-Cyprien, leur plan de prévention contre le moustique-tigre. La mairie va mettre en place quinze bornes anti-moustique aux abords des crèches et cent nichoirs à chauve-souris, friandes de moustiques. Chaque borne coûte entre 700 et 1000 euros. Nouveauté cette année, les personnes peuvent être sanctionnées d’une amende (jusqu’à 450 euros) si le voisinage se plaint d’un non-respect des règles. Préoccupation de santé publique, le moustique-tigre peut transmettre le chikungunya, la dengue ou le zika dès qu’il pique un porteur de ces virus. Cet insecte est plus petit que les autres moustiques, il fait la taille d’une demi pièce d’un centime. Il vit le jour et est plutôt urbain car on laisse traîner des objets qui peuvent servir de nid, des gîtes larvaires où l’eau stagne. Il va pouvoir y pondre ses oeufs et ainsi se développer. Le moustique tigre est arrivé en 2004 en France métropolitaine. Aujourd’hui, le sud de la France est principalement colonisé, dont 87 communes autour de Toulouse. Le coût de ces expérimentations n’est pas encore connu, un bilan sera fait à la fin de l’année. ITW 1 = Nicolas Sauthier, responsable du pôle prévention et gestion des alertes sanitaires, Agence Régionale de Santé (ARS) ITW 2 = Françoise Roncato, adjointe au Maire de Toulouse Animal dans la Ville Réalisé par Raphaëlle Talbot

Auteur: Melle Thuault-Ney Sarah
Production: Medias Du Sud

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.