Categories: international

Afghanistan. production record d’opium (ONU)

En 2017, la culture du pavot à opium a représenté environ 328.000 hectares, en hausse de 63% par rapport aux 201.000 hectares en 2016. Les niveaux record de production de l’année dernière ont conduit à des niveaux sans précédent de production potentielle d’héroïne.



A partir de la récolte d’opium de 2017, 550 à 900 tonnes d’héroïne de qualité exportable (pureté comprise entre 50 et 70%) peuvent être produites, a précisé l’ONUDC.

Le rapport souligne que la production record d’opium crée de multiples défis pour l’Afghanistan, les pays voisins et de nombreux autres pays. Elle a entraîné une expansion rapide de l’économie illégale en Afghanistan. D’une valeur de 4,1 à 6,6 milliards de dollars en 2017, soit 20 et 32% du PIB, la valeur de l’économie des opiacés en Afghanistan a largement dépassé la valeur des exportations licites de biens et de services en 2016 (7% du PIB) par ce pays.

« Le pavot à opium est devenu un élément crucial de l’économie afghane qui assure la subsistance de nombreux Afghans qui le cultivent, travaillent dans les champs de pavot ou participent au commerce illicite des drogues. Dans les zones rurales, une part considérable de la population est affectée et peut tirer profit de la culture du pavot à opium », note le rapport de l’ONUDC.

Selon ce rapport, les opiacés ont créé une économie illégale qui imprègne la société rurale dans la mesure où de nombreuses communautés – et pas seulement les agriculteurs – sont devenues dépendantes du revenu du pavot à opium pour maintenir leurs moyens de subsistance. « Cela a un coût, car l’économie illicite décourage les investissements privés et publics en alimentant l’insécurité, la violence et l’insurrection », souligne l’ONUDC.

Selon l’agence onusienne, en raison de l’ampleur et de la complexité du problème de la drogue, la réduction des cultures illicites dépend de la réalisation d’objectifs de développement plus larges, tels que des institutions étatiques solides et bien établies pour une gouvernance efficace et des mécanismes de protection sociale efficaces.

Le rapport conclut que le problème des opiacés en Afghanistan demeure une responsabilité partagée. Seule une petite partie des revenus générés par la culture et le trafic d’opiacés afghans parvient aux groupes de trafiquants de drogue afghans. Beaucoup plus de milliards de dollars sont générés par le trafic d’opiacés dans les principaux marchés de consommation, principalement en Europe et en Asie.

Partager

Articles Récents

Vins, Fromages et Airbus lourdement taxés aux Etats Unis

Les États-Unis imposent à partir de ce vendredi 18 octobre, pour 7,5 milliards de dollars de droits de douane supplémentaires…

18 octobre 2019

Grève à la SNCF, trafic perturbé à Toulouse

La circulation des TER et du RER subit de fortes perturbations, ce vendredi 18 octobre. Plusieurs syndicats de cheminots ont…

18 octobre 2019

5 Toulousains pour France Pays de Galles

La France affronte dimanche le Pays de Galles en quart de finale de la coupe du monde de rugby 2019…

18 octobre 2019

Nuages et pluies ce vendredi à Toulouse

Une masse nuageuse stagne ce vendredi 18 octobre sur Toulouse et le sud ouest de la France. Les prévisions météo…

18 octobre 2019

Française des Jeux début de privatisation

La Française des Jeux, détenue à 72 % par l’État, a annoncé le lancement de son processus de privatisation avec l’approbation…

18 octobre 2019

Un professeur de médecine Toulousain lauréat d’une prestigieuse bourse internationale

Dominique Langin, professeur à l'université, lauréat de la prestigieuse bourse ERC Synergy grant Directeur adjoint de l'Institut des maladies métaboliques et…

18 octobre 2019