Thyroïde : 1 cancer sur 4 serait dû à la catastrophe de Tchernobyl (ONU)

Un quart de tous les cas de cancer de la thyroïde parmi les patients qui étaient des enfants au moment de l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl sont « probablement » dus aux fortes doses reçues pendant et après l’accident survenu il y a 32 ans. C’est la conclusion de la dernière étude publiée par le Comité scientifique des Nations Unies sur les effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR).

Publiée à la veille de la Journée internationale du souvenir des catastrophes de Tchernobyl (26 avril), l’étude indique qu’environ 20.000 cas de cancer de la thyroïde ont été enregistrés entre 1991 et 2015 chez des personnes âgées de moins de 18 ans vivant en 1986 dans les zones de l’ex-Union soviétique touchées par l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

« Le cancer de la thyroïde est un problème majeur depuis l’accident de Tchernobyl et doit faire l’objet d’une enquête plus approfondie pour mieux comprendre les conséquences à long terme », a déclaré le président de l’UNSCEAR, Hans Vanmarcke.

L’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986, a propagé un nuage radioactif sur une grande partie de ce qui était alors l’Union soviétique, et aujourd’hui les territoires de la Biélorussie, de l’Ukraine et de la Russie. Près de 8,4 millions de personnes dans ces zones ont été exposées aux radiations.

Environ 116.000 personnes ont été évacuées de la zone au moment de l’accident, et 230.000 autres au cours des dernières années. Le 8 décembre 2016, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution désignant le 26 avril Journée internationale du souvenir des catastrophes de Tchernobyl.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.