RDC : deux millions d’enfants congolais risquent de mourir de faim (ONU)

En République démocratique du Congo (RDC), plus de deux millions d’enfants risquent de mourir de malnutrition aiguë sévère s’ils ne reçoivent pas l’aide dont ils ont besoin, a mis en garde l’ONU ce vendredi à Genève.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, Mark Lowcock, effectuera une visite du 11 au 13 mars 2018 dans ce pays où plusieurs provinces ont connu une détérioration des conditions humanitaires ces derniers mois.



« Nous avons une grande responsabilité par rapport à la situation en RDC et il est maintenant temps de maintenir le cap », a déclaré le porte-parole du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Jens Laerke, lors d’un point de presse à Genève. Parmi ces deux millions d’enfants menacés de famine, près de 300.000 enfants sont dans la région du Kasaï, a indiqué de son côté Bettina Luescher, la porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM).

Des années d’instabilité et de conflit en RDC ont alimenté l’une des crises humanitaires les plus complexes au monde. « A ce jour, près de 4,5 millions personnes ont été déplacées, faisant de la RDC le pays africain le plus touché par les déplacements internes », a précisé M. Laerke.



M. Lowcock entend capitaliser sur sa première visite en RDC depuis sa nomination à la tête d’OCHA en vue d’obtenir un appui considérable à la réponse humanitaire, déjà importante dans le pays. Le 13 avril prochain, les Nations Unies organiseront la toute première conférence des donateurs pour la RDC à Genève.

En début d’année, la communauté humanitaire de la RDC a lancé un appel de fonds record de 1,68 milliard de dollars afin de répondre aux besoins de près de 10,5 millions de personnes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.