La Chine commande 184 Airbus pour le dernier jour de la visite de Macron.

La Chine commande 184 Airbus pour le dernier jour de la visite de Macron.
Photo Archives

La Chine a passé commande de 184 avions Airbus A 320 destinés à treize compagnies aériennes pour livraison 2019-2020.

Les services de la présidence française l’ont annoncé ce mercredi 10 janvier, dernier jour de la visite d’Emmanuel Macron sur le sol chinois. Marché conclu. La Chine a passé commande de 184 avions Airbus A 320 pour livraison 2019-2020. La présidence française l’a annoncé ce mercredi matin, alors qu’Emmanuel Macron termine sa visite officielle dans le pays gouverné par Xi Jinping. Cette commande porte surtout sur des modèles Neo. Il s’agit d’un groupe de commandes nouvelles, a souligné l’Élysée.



Le montant de l’opération n’a pas été précisé. Mais cette vente représenterait un prix catalogue total d’environ 18 milliards de dollars, un peu plus de 15 milliards d’euros. « C’est quelque chose qui sera totalement finalisé sous peu, mais qui m’a été confirmé par le président » chinois Xi Jinping, avait indiqué plus tôt Emmanuel Macron devant la presse à Pékin. La Chine, deuxième marché aéronautique de la planète « Le président Xi m’a confirmé […] le fait que la Chine préservera son volume de commandes dans les années à venir, et préservera la parité des parts de marché entre Airbus et Boeing. Voilà la ligne chinoise, elle a été affirmée clairement, a ajouté le chef d’État français. Nous avons également des ambitions pour les A350 et les A380 dans les semaines ou les mois à venir. »

Airbus avait déjà conclu mardi à Pékin un protocole d’accord en vue d’augmenter sa cadence de production de l’A320 en Chine. La Chine est le deuxième marché aéronautique mondial que se disputent, quasiment à égalité, Airbus et Boeing. L’Américain estime que le pays aura besoin de 7 240 avions commerciaux sur les 20 prochaines années, tous constructeurs confondus.

A propos Toulouse7.com 15972 Articles
Articles de la rédaction du site Toulouse7.com. Parfois des brèves, parfois des reprises de communiqués, ou un rédacteur qui oublie de signer à son nom.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*