Levothyrox. 14 décès de patients signalés, l’ANSM nie un « lien établi »

Levothyrox. 14 décès de patients signalés, l’ANSM nie un « lien établi »


Label : Ça Zap – Zapping TV Date d’ajout : 30/11/2017 Description : Levothyrox. 14 décès de patients signalés, l’ANSM nie un « lien établi ». Le registre national de pharmacovigilance relatif aux effets secondaires des médicaments recense désormais les noms de 14 patients sous Levothyrox décédés, contre quatre en septembre dernier. Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), rien ne prouve formellement que le traitement est à l’origine de ces décès. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a indiqué ce mercredi que les décès de 14 patients traités au Levothyrox avaient été enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance, confirmant une information de l’hebdomadaire Ebdo. Pour les autorités sanitaires, la nouvelle formule du traitement contre l’hyperthyroïdie, vivement contestée depuis sa commercialisation en mars dernier, ne serait cependant pas forcément responsable. « Aucun lien ne peut être établi avec le médicament », assure ainsi l’ANSM, citée par Le Monde. 14 633 cas d’effets secondaires indésirables recensés Le rapport national des effets indésirables des médicaments, arrêté à mi-septembre, mentionnait déjà 14 633 cas d’effets secondaires dont quatre décès intervenus chez des personnes sous Levothyrox. « Ces patients recevaient plusieurs traitements et souffraient pour la plupart de pathologies graves », avait alors précisé l’agence. Le « lien avec le Levothyrox n’est pas établi », indiquait d’ailleurs le rapport. Depuis sa publication, dix décès supplémentaires ont donc été recensés, remettant encore un peu plus en cause certaines déclarations des autorités. « Ils n’en savent rien » « Si l’on se réfère aux normes internationales, il n’y a pas eu de décès […] les effets rapportés ne mettent pas en danger la vie des personnes », avait en effet déclaré Dominique Martin, le directeur général de l’ANSM, dans Libération, le 11 octobre dernier. Un expert de l’agence, qui a souhaité rester anonyme, s’est par ailleurs interrogé dans Ebdo : « Comment l’ANSM ou le ministère peuvent-ils certifier qu’il n’y a pas de décès sous Levothyrox ? Ils n’en savent rien ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.