Qui était Azzedine Alaïa, couturier décédé

Le grand couturier et styliste Franco-Tunisien Azzedine Alaïa est décédé

Label : Ça Zap – Zapping TV Date d’ajout : 18/11/2017 Description : Le grand couturier et styliste Franco-Tunisien Azzedine Alaïa est décédé. Le couturier franco-tunisien, idole des fashionistas parisiennes dans les années 80-90 et connu pour ses robes ultra-moulantes, est décédé à l’âge de 77 ans. Jamais en quelque cinquante-cinq années de carrière, le couturier Azzedine Alaïa ne se sera plié au timing infernal imposé par le calendrier officiel de la mode. Fait rare, cet épicurien a su démontrer avec talent qu’on pouvait accéder à la lumière tout en se positionnant en marge du système. Artisan des corps plus que styliste vedette, toute sa vie, Azzedine Alaïa aura conservé ce goût du travail parfaitement exécuté et de l’indépendance face au nouveau marchandage publicitaire qui fait rage chez ses concurrents. Hommage à cet ovni de la mode qui vient de nous quitter. Victime d’une chute il y a une dizaine de jours, Azzedine Alaïa avait été transporté à l’hôpital Lariboisière à Paris. Plongé dans le coma il est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 77 ans. Le sculpteur de ces dames Débarqué à Paris dans les années 60 à l’issue de la guerre d’Algérie, le jeune couturier franco-tunisien intègre immédiatement la maison Dior sous l’égide d’Yves Saint Laurent, nouveau maître des lieux à la suite de la disparition de Christian Dior. Renvoyé cinq jours plus tard, faute de papiers, Azzedine Alaïa poursuit sa formation chez Guy Laroche et Thierry Mugler, avant de se constituer une clientèle privée dans son petit atelier de la rue de Bellechasse. Robes sculpturales, lignes moulantes, matières près du corps, tailles soulignées par des coupes en biais, fourreaux…, l’architecte des corps est né. Vêtu de son invariable costume chinois noir, Azzedine Alaïa se fait l’artisan de la féminité exacerbée et cela ne surprend pas ses clientes d’apprendre que le jeune prodige a étudié la sculpture aux Beaux-Arts de Tunis. Entre autres, l’actrice Arletty raffole de ses créations, tout particulièrement de la célèbre petite robe noire zippée créée pour elle vers 1970. En quelques années, Azzedine Alaïa est devenu le virtuose de la couture et c’est encouragé par son ami Thierry Mugler qu’il consent à monter sa propre maison de couture. Lire également : Montana, Alaïa, Mugler… Que sont-ils devenus ? L’anticonformiste 1980 marque l’année de la création de la maison Azzedine Alaïa. Âgé de quarante ans, le couturier continue à explorer la construction du vêtement et à travailler des matières toujours plus innovantes. Ses mannequins fétiches s’appellent Naomi Campbell, Linda Evangelista ou encore Stephanie Seymour et ses muses sont deux figures emblématiques des années 80 : l’actrice Grace Jones et la mannequin Farida Khelfa. Ses robes se vendent comme des petits pains et toutes les femmes du monde rêvent de porter du Alaïa, à l’instar de Tina Turner et de sa robe en perles et or. En 1985, deux oscars de la mode viennent récompenser son travail acharné. Mais Azzedine Alaïa, peu friand du ramdam médiatique, se prête difficilement au jeu des interviews et préfère les défilés intimistes de dernière minute aux shows spectaculaires qui font rage dans le Tout-Paris des années 90. Le couturier communique peu, se fait rare et refuse d’entrer dans le moule étroit du système du calendrier officiel de la mode. Azzedine Alaïa ne présente ses collections qu’une fois que celles-ci sont parfaitement terminées, refusant de se plier au timing de l’intangible agenda. Certains journalistes commencent alors à lui tourner le dos, prétextant que ses créations sont trop élitistes et ne laissent pas droit à l’erreur – morphologique.

A propos Toulouse7.com 14258 Articles

Articles de la rédaction du site Toulouse7.com. Parfois des brèves, parfois des reprises de communiqués, ou un rédacteur qui oublie de signer à son nom.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*