Plus de 500 000 Rohingyas ont quitté la Birmanie pour se réfugier au Bangladesh

Plus de 500 000 Rohingyas ont quitté la Birmanie pour se réfugier au Bangladesh
Photo Archives

De passage à Genève après s’être rendu au Bangladesh, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Mark Lowcock, a de nouveau souligné que l’accroissement des besoins humanitaires des réfugiés rohingyas doit être accompagné d’une augmentation des financements de la communauté internationale.

Aide humanitaire : augmenter les financements internationaux

« Il s’agit d’une crise de réfugiés. Ces personnes sont des réfugiés. Le droit est absolument limpide sur le fait que ces personnes répondent au critère d’éligibilité pour être réfugiés », a déclaré le chef du bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) lors d’une conférence de presse au Palais des Nations. « Et cela veut dire que nous voulons voir l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) jouer pleinement son rôle ».

Depuis le début des violences dans l’Etat de Rakhine, au Myanmar, plus de 515.000 Rohingyas ont trouvé refuge au Bangladesh ces six dernières semaines. Les agences des Nations Unies ont au total besoin de 434 millions de dollars pour apporter une réponse humanitaire adéquate à cette crise de réfugiés – la plus rapide en termes de développement.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), environ 2.000 réfugiés rohingyas continuent d’arriver chaque jour à Cox’s Bazar. Les observateurs de l’OIM estiment qu’environ 100.000 personnes attendraient de l’autre côté de la frontière pour se rendre du côté bangladais.

L’OIM, qui a la responsabilité de la coordination des opérations de secours dans le sud-est du Bangladesh, a pour sa part lancé un appel de 120 millions de dollars, sur les 434 millions demandés, pour aider les réfugiés qui affluent à Cox’s Bazar.

A propos Toulouse7.com 14234 Articles

Articles de la rédaction du site Toulouse7.com. Parfois des brèves, parfois des reprises de communiqués, ou un rédacteur qui oublie de signer à son nom.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*