crash d’un avion militaire français au Tchad

crash d'un avion militaire français au Tchad
Photo Archives

Le jeudi 28 septembre 2017, tôt dans la matinée (aux alentours de 07h00 locales, 09h00 heure de Paris), l’équipage d’un avion de chasse Mirage 2000N de l’escadron 2/4 « La Fayette » de la base aérienne 125 d’Istres a été contraint à l’éjection en phase de décollage sur le camp Kosseï à N’Djamena a indiqué le ministère des armées jeudi en début d’après midi.

Le pilote et le navigateur officier système d’armes ont pu s’éjecter de l’appareil et sont indemnes. Le navigateur présente une blessure à la jambe. Une enquête est en cours pour définir la cause de cet accident a précisé la rue Saint Dominique dans son communiqué.

opération Barkhane

L’appareil, qui s’est abîmé dans un muret en bout de piste, n’était pas armé et effectuait un décollage dans le cadre d’un convoyage retour vers la France (fin de mission). Il s’agissait d’une relève prévue après 2 mois au profit de l’opération Barkhane. L’incendie provoqué par l’impact a été maitrisé par les pompiers de l’armée de l’air de l’escadron sécurité incendie et sauvetage (ESIS) du camp Kosseï. Aucun dommage collatéral n’a été constaté a t il été souligné.

Lancée le 1er août 2014, l’opération Barkhane regroupe environ 4 000 militaires dont la mission consiste à appuyer les forces armées des pays partenaires dans leur action de lutte contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS – Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso)et favoriser une appropriation africaine de la gestion des crises.


Comment financer la force G5 Sahel ? Label : RFI Date d’ajout : 10/07/2017 Description : Les dirigeants des pays du G5 Sahel (Mali, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso et Niger), en présence du président français, Emmanuel Macron, ont donc acté, le 2 juillet à Bamako, la constitution d’une force anti-djihadiste conjointe . La force G5 Sahel coûtera près 423 millions d’euros, chaque pays a promis de verser 10 millions d’euros qui s’ajoutent aux 50 millions de l’Union Européenne et les 8 millions annoncés par la France.Comment la force compte-t-elle trouver les financements restants ? Laura Martel, envoyée spéciale de RFI à Bamako au Mali répond à Konko auditeur de Nouakchott en Mauritanie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.