Mireille Darc est morte

Mireille Darc est morte
Victime de deux hémorragies cérébrales en 2016, l'actrice qui souffrait d'un souffle au cœur depuis l'enfance (elle fut opérée du cœur en 2014 dans la plus grande discrétion), avait subi une troisième attaque cérébrale dans la nuit du 28 au 29 septembre 2016. Mireille Darc décède le 28 août 2017

L’actrice Mireille Darc est décédée à l’âge de 79 ans.

Mireille Darc est morte. Née Mireille Aigroz en 1938 à Toulon, elle monte à Paris en 1959, changeant alors son nom pour une référence à Jeanne d’Arc. Elle multiplie les petits boulots pour payer ses cours de théâtre et finit par faire ses débuts à la télévision en 1960 dans La Grande Bretèche, de Claude Barma.

C’est la télévision qui la révèle grâce à La Grande Bretèche de Claude Barma en 1960 et à Hauteclaire de Jean Prat en 1961, où elle incarne le rôle féminin principal. Georges Lautner, avec qui elle tournera treize films, va faire d’elle une star avec notamment Les Barbouzes en 1964 pour lequel elle décroche son premier rôle principal4.

Son premier rôle important au cinéma est Pouic-Pouic réalisé par Jean Girault en 1963, où elle joue le rôle de la fille de Léonard et Cynthia Monestier, incarnés par Louis de Funès et Jacqueline Maillan. En 1964 et 1965, elle tourne Des pissenlits par la racine aux côtés de Michel Serrault et Louis de Funès ainsi que Galia de Georges Lautner. Elle y incarne une jeune femme libre, changeant d’amant comme il lui plait.

Elle joue aux côtés d’Alain Delon dans L’Homme pressé, Mort d’un pourri, Madly, Jeff, Les Seins de glace, Borsalino et en 2003 avec lui dans la série télévisée Frank Riva. Elle joue le rôle de la strip-teaseuse de Fantasia chez les ploucs, celui de madame Michalon dans Ne nous fâchons pas. Elle joue aussi le rôle de Georgina dans La Chasse à l’homme d’Édouard Molinaro.

Dans les années 1970, elle tourne toujours avec Georges Lautner dans Il était une fois un flic (1971) ou dans La Valise (1973), mais surtout avec Pierre Richard avec Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972) puis Le Retour du Grand Blond (1974) d’Yves Robert où elle fait sensation avec une robe ultra-sexy. Ces rôles lui permettent de confirmer son statut de sex-symbol et d’actrice phare du début des années 1970 (avec Wikipedia)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.