Afghanistan. 1660 civils sont morts depuis le début de l’année 2017

Afghanistan. 1660 civils sont morts depuis le début de l'année 2017
La plupart de ces victimes ont été tuées dans des attentats. Photo DP

Le nombre de civils tués et blessés dans le cadre du conflit en Afghanistan au cours des six premiers mois de 2017 est resté au même niveau record que l’année dernière, sur fond d’aggravation des attaques suicides, selon un rapport des Nations Unies publié lundi.

Au total, 1.662 décès de civils ont été confirmés entre le 1er janvier et le 30 juin, soit une augmentation de 2% par rapport à la même période l’an dernier, selon les chiffres de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA). Le nombre de civils blessés au cours de la même période a baissé de 1% à 3.581.

Selon le rapport, 40% des victimes civiles au cours de cette période de six mois ont été tuées ou blessées par des forces anti-gouvernementales utilisant des engins explosifs improvisés, tuant 596 civils et blessant 1.483 autres.

Un grand nombre de ces victimes a été enregistré lors d’une seule attaque dans la capitale Kaboul le 31 mai, lorsque qu’un camion chargé d’explosifs a tué au moins 92 civils et a blessé près de 500 personnes, l’incident le plus mortel documenté par la MANUA depuis 2001.

« Le coût humain de cette sale guerre en Afghanistan – les pertes en vies humaines, les destructions et les immenses souffrances – est trop élevé », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan et chef de la MANUA, Tadamichi Yamamoto. « La poursuite de l’utilisation d’engins explosifs improvisés de manière aveugle, disproportionnée et illégale par des éléments anti-gouvernementaux est particulièrement épouvantable et doit immédiatement cesser ».

Le rapport fait une série de recommandations, notamment en appelant les forces anti-gouvernementales à cesser de cibler les civils et à appliquer les directives des dirigeants talibans demandant la fin de ces attaques.

Les forces gouvernementales sont invitées à cesser d’utiliser des armes, y compris des mortiers et des roquettes, dans des zones civiles peuplées et à démanteler les milices pro-gouvernementales et les groupes similaires. Le rapport recommande également la poursuite du soutien des forces militaires internationales à l’armée nationale afghane.

« Les statistiques de ce rapport, aussi horribles qu’elles soient, ne permettent jamais de traduire pleinement les souffrances du peuple afghan. Derrière chacune de ces victimes, il y a une famille brisée, des traumatismes et des souffrances inimaginables et la violation brutale des droits humains des personnes », a déclaré de son côté le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.