Kilian Jornet raconte ses deux ascensions de l’Everest

Entraînement intensif, hallucinations et pieds gelés, Kilian Jornet raconte ses deux ascensions de l’Everest

Kilian Jornet est un amoureux du sport et de la montagne. Course à pied, ski alpinisme et l’alpinisme, l’espagnol allie ses deux passions avec pour objectif, se dépasser. Dans la nuit du 21 au 22 mai, il a réalisé un exploit, une ascension exceptionnelle : celle de l’Everest, sans oxygène et sans corde. Plus de 3 800 mètres de dénivelé positif, dont 30 kilomètres de moraines, et 2 300 mètres d’ascension sur une pente à plus de 50 degrés. Le tout en vingt-six heures Son matériel : 7 kg sur le dos dont une combinaison, des moufles, une lampe frontale, deux litres d’eau, deux battons et un piolet. Et comme une fois ne suffisait pas, il a réitéré l’exploit trois jours plus tard. Non sans quelques difficultés à chaque fois. Le champion d’ultratrail a choisi la voie nord, par le Tibet, pour grimper le mythique sommet. Cette ascension, considérée comme plus difficile que par la voie népalaise, prend en moyenne entre trois et cinq jours pour un alpiniste acclimaté. Il nous raconte son entrainement mais également cette ascension périlleuse. Témoignage.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.