,

Syrie. soupçons d’attaque chimique, ce qui s’est dit au Conseil de sécurité de l’ONU

Syrie. soupçons d'attaque chimique, ce qui s'est dit au Conseil de sécurité de l'ONU
Les Etats Unis président actuellement le Conseil de sécurité des Nations Unies

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réuni d’urgence mercredi matin à la demande des Etats-Unis (président du Conseil pour le mois d’avril), de la France et du Royaume-Uni suite à l’utilisation présumée d’armes chimiques mardi lors de frappes aériennes qui ont touché la ville de Khan Shikhoun, au sud du gouvernorat d’Idlib, en Syrie.

Le Haut-Représentant des Nations Unies pour les affaires de désarmement, Kim Won-soo, a fait un exposé devant les quinze membres du Conseil pour donner les dernières informations dont l’ONU dispose sur les circonstances de ces frappes.

les détails de l’attaque

« À ce stade, des informations continuent d’arriver. Actuellement, de nombreux détails sur l’attaque ne sont pas complètement connus », a déclaré M. Kim. « Si elle venait à être confirmée, il s’agirait de la pire attaque à l’arme chimique commise en Syrie depuis celle de la Ghouta en août 2013 ».

Mardi, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit profondément perturbé par des rapports faisant état d’une utilisation présumée d’armes chimiques en Syrie lors de ces attaques. Le chef de l’ONU a rappelé que le Conseil de sécurité a précédemment déterminé que l’utilisation d’armes chimiques partout constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales et qu’il a affirmé que l’utilisation d’armes chimiques constitue une violation grave du droit international.

crimes de guerre

La Commission d’enquête de l’ONU sur la République arabe syrienne a condamné mardi dans les termes les plus forts les attaques perpétrées sur Khan Shikhoun, rappelant que « l’utilisation d’armes chimiques, ainsi que le ciblage délibéré des installations médicales, constitueraient des crimes de guerre et des violations graves du droit relatif aux droits de l’homme.

Gravement préoccupée par l’attaque présumée à l’arme chimique, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a indiqué mardi que la mission d’établissement des faits est en train de recueillir et d’analyser des informations provenant de toutes les sources disponibles.

La position de la Russie de Poutine


Vidéo – Attaque chimique en Syrie : à l’ONU, Moscou défend Damas Label : Euronews FR Date d’ajout : 05/04/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *