Mort de Pierre Arpaillange, homme de Urvoas

Hommage à Pierre Arpaillange de la part de jean Jacques Urvoas ministre de la justice :

Jean-Jacques Urvoas, garde des sceaux, ministre de la justice, a appris avec tristesse le décès, survenu le 11 janvier, à l’âge de 92 ans, de Pierre Arpaillange et il rend hommage au résistant, au haut magistrat et au ministre qu’il fut.

A l’âge de 18 ans, il s’engage pour la liberté de la France. Homme de conviction, il devient magistrat à 25 ans et poursuit une carrière aussi exemplaire que remarquable qui l’amènera à occuper les fonctions de procureur général près la Cour de cassation et de Premier président de la Cour des comptes.

Directeur de cabinet de trois gardes des sceaux (Jean Foyer, Louis Joxe et Jean Taittinger) avant de prendre la tête de la Direction des affaires criminelles et des grâces, son expérience, sa connaissance intime de l’institution judiciaire et du ministère de la Justice, conduisirent le Président François Mitterrand à lui confier, en 1988, la responsabilité de garde de sceaux, ministre de la justice, dans le gouvernement de Michel Rocard.

Profondément républicain, Pierre Arpaillange n’a jamais oublié d’où il venait. Passionné par le débat public et attaché aux valeurs de la gauche, il a consacré sa vie, avec force et loyauté, au service public de la justice.

Ainsi, le rapport publié en 1980 sous le titre « La Simple justice », mais qui reste connu sous le nom de « rapport Arpaillange », témoigne de son engagement pour une justice renouvelée, l’indépendance toujours plus grande des magistrats et l’humanisation de l’univers carcéral.

Le garde des sceaux, ministre de la justice assure la famille et les proches de Pierre Arpaillange de ses sincères condoléances et de sa profonde sympathie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.