seule une présentation de courte durée, deux fois
par an, est envisageable.

Quatre tapisseries datant du XVIIe siècle vont être accrochées à la cathédrale de Toulouse

Présentées durant une dizaine de jours en mars dernier, quatre tapisseries du XVIIe siècle évoquant la vie de saint Étienne seront à nouveau accrochées dans le chœur de la cathédrale, du 16 décembre 2016 au 4 janvier 2017.

La cathédrale de Saint-Étienne de Toulouse, propriété de l’État, conserve un bel ensemble d’une trentaine de tapisseries affectées au culte, datant du XVIe au XVIIIe siècles et classées au titre des Monuments historiques en 1897.

Souffrant de déformations dangereuses et de déchirures liées aux modes d’accrochage ainsi que de décolorations dues à une exposition permanente à la lumière, elles ont dû être déposées il y a quelques années.

Grâce à la mise au point d’un système d’accrochage sur mesure, sans dommage pour les tapisseries ni les stalles, imaginé à la faveur d’une étude commandée par la direction régionale des affaires culturelles, quatre pièces murales seront de nouveau présentées, du 16 décembre 2016 au 4 janvier 2017, dans le chœur de la cathédrale de Saint-Étienne.

Seule une présentation de courte durée, deux fois par an, est envisageable.

les maîtres tapissiers du XVIIe siècle

La tenture illustrant la vie de saint Étienne : une œuvre majeure Commandées en 1608 par Jean Daffis, évêque de Lombez et prévôt du chapitre de la cathédrale, ces œuvres de 2 m de haut et de près de 5 m de large, faisant partie d’une série de huit tapisseries, illustrent des épisodes de la vie du saint : l’ordination, la lapidation, la translation des reliques et l’ensevelissement de saint Étienne.

Au-delà de l’iconographie religieuse, elles présentent des scènes vivantes et colorées, chargées
de nombreux personnages richement vêtus et de magnifiques décors, dont le détail des fonds,
des arbres ou des éléments d’architecture témoignent de la prouesse technique des maîtres
tapissiers de ce tout début du XVIIe siècle. Chacune est dotée d’une longue inscription, au bas
de la tapisserie, décrivant l’iconographie de la scène ainsi que des armoiries de l’évêque de
Lombez : “D’argent à la bande de gueules chargée de trois rosettes d’or, tenues par un diacre et
timbrées d’une mitre et d’une crosse.”

Coût des travaux
Les travaux de restauration des tapisseries, de mise en sécurité des meubles de conservation, d’études et de fabrication du système d’accrochage s’élèvent, sur une période d’une quinzaine d’années, à 172 000 euros, pris en charge par l’État (Direction régionale des affaires culturelles).

Partager

Articles Récents

Une manifestation pour Steve ce mercredi à Toulouse

A l'appel de syndicats et partis politiques, une manifestation est organisée ce mercredi à Toulouse pour rendre hommage à Steve…

31 juillet 2019 16:13

Sécheresse, les restrictions eau maintenues en Haute Garonne

Les pluies orageuses de ces derniers jours ont mis fin à l'épisode de canicule. Mais les restrictions à l'usage de…

31 juillet 2019 16:04

L’Allocation de Rentrée scolaire versée à partir du 20 août

L'Allocation de rentrée scolaire aide, sous condition de ressources, les familles à assumer les dépenses liées à la rentrée. Elle est versée…

31 juillet 2019 15:56

Tarn, enquête après la découverte d’os

Des explorateurs amateur ont découvert des os dans une cavité située sur la commune d'Escoussens à quelques kilomètres au sud…

31 juillet 2019 15:49

Airbus à la conquête du marché asiatique pour son modèle A220

Un Airbus A220-300 d'essai en vol se rendra dans six villes en Asie dans le cadre de sa tournée de…

30 juillet 2019 11:09

Stationnement gratuit du 1er au 15 août à Toulouse

La Mairie de Toulouse reconduit le stationnement gratuit sur l'ensemble du périmètre de stationnement payant sur voirie (centre-ville et hors…

30 juillet 2019 11:04