François Hollande s’exprime sur la baisse du chômage et évoque “une tendance installée”

François Hollande s'exprime sur la baisse du chômage et évoque "une tendance installée"
François Hollande a conditionné sa candidature à l'élection présidentielle de 2017 à la baisse du chômage. Photo Crédit Facebook François Hollande
François Hollande s'exprime sur la baisse du chômage et évoque "une tendance installée"
François Hollande a conditionné sa candidature à l’élection présidentielle de 2017 à la baisse du chômage. Photo Crédit Facebook François Hollande

Le chômage a fortement baissé en ce mois de septembre. Après une forte hausse en août. François Hollande a tenu à s’exprimer sur cette situation via son compte facebook.

Le chômage baisse et c’est une aubaine pour un François Hollande qui a fait de la baisse du taux de chômage, la condition pour se représenter à l’élection présidentielle pour un second mandat. Dans ce post publié mardi après midi, il évoque “une tendance installée depuis le début de l’année”, “un mouvement général” et “le fruit de l’action engagée par le gouvernement”. Voici son message in extenso

Au mois de septembre, le chômage diminue fortement. Ainsi, se confirme une tendance installée depuis le début de l’année. Au-delà des chiffres qui peuvent varier de mois en mois, l’essentiel c’est que des femmes et des hommes aient pu retrouver un travail et une stabilité. Ce mouvement est général. Il concerne toutes les catégories de la population, les jeunes et les seniors et tous les territoires en métropole et en outre-mer.

Ces résultats sont le fruit de l’action engagée par le gouvernement à travers le Pacte de responsabilité. Car ce sont les entreprises qui créent les emplois.

A LIRE AUSSI : Forte baisse du chômage en septembre, quelles catégories sont les plus concernées

Je constate aussi l’efficacité de plusieurs dispositions dont on peut aujourd’hui mesurer l’impact : le dispositif embauche PME qui a dépassé les 800.000 recrutements, le développement de l’apprentissage et le soutien à l’investissement.

L’Etat a aussi concentré ses efforts sur celles et ceux qui en avaient le plus besoin : les jeunes sans qualification, pour qui ont été créés les emplois d’avenir, et généralisée la garantie jeune, comme les chômeurs de longue durée à travers le plan 500 000 formations.

Ce sont ces choix qui expliquent les chiffres d’aujourd’hui. Mais je l’ai toujours rappelé, c’est la tendance qui compte.

La bataille n’est pas terminée. Le chômage reste encore trop élevé et la précarité demeure l’horizon quotidien de trop de nos concitoyens. Notre devoir collectif, c’est de poursuivre ce combat avec constance et persévérance et de favoriser la croissance sans remettre en cause les principes de notre modèle social.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.