Toulouse – le droit à l’avortement provoque encore des réticences chez certains élus

https://www.toulouse7.com/2014/09/23/espagne-victoire-citoyenne-lavortement/
Extrait de la résolution votée ce mercredi par les élus du conseil départemental de la Haute Garonne

En session du Conseil départemental deux élus ont refusé de voter en faveur d’un voeux réaffirmant le droit à l’avortement.

A l’instar de toutes les assemblées élus, le conseil départemental de Haute Garonne vote régulièrement des voeux pour réaffirmer ses valeurs. Ce mercredi 19 octobre, la conseillère départementale PS  de Toulouse Christine Stébenet a présenté deux voeux pour réaffirmer le soutient du département au droit à l’avortement inscrit dans la loi Veil.

Le premier voeux visait à réaffirmer “le droit à l’avortement” 41 ans après son adoption par l’Assemblée Nationale. Surprise lors du vote : deux élus ont refusé de voter en faveur de cette réaffirmation. Une position qui émeut de nombreux internautes toulousains sur les réseaux sociaux. “Preuve que, même 41 ans après son adoption, ce droit des femmes à disposer librement de leur corps est fragile et est remis en cause régulièrement par des mouvances réactionnaires et rétrogrades” a commenté l’élue toulousaine.

A LIRE AUSSI : remise en cause du droit à l’avortement en Pologne et Espagne 

Le deuxième voeux présenté par Christine Stébenet visait à introduire dans le droit positif un délit d’entrave numérique destiné à lutter contre la transmission d’information erronées sur le droit à l’avortement dans les médias numériques. Là encore, l’assemblée départementale a voté à une large majorité en faveur de cette pénalisation réclamée par certaines associations féministes. 6 élus ont voté contre.

1 Commentaire

  1. – Le singulier de vœux est vœu (n’hésitez pas à corriger)
    – Pourquoi ne pas nommer les élus n’ayant pas soutenu ces vœux ? On peut penser qu’ils assument leur position et leur choix ?
    – A propos des “des mouvances réactionnaires et rétrogrades” on peut rappeler que les élus du Parti Communiste furent jusqu’en 1965 hostile à la contraception et à l’avortement (“le birthcontrol sert à couvrir les crimes du capitalisme”, dit, en 1956,
    Jeannette Vermeersch, au nom du Parti Communiste Français).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.