Érythrée “des crimes contre l’humanité ont manifestement été commis”

l'Érythrée se situe à l'est du Soudan et au nord de l'Ethiopie. Le pays est largement tourné sur la mer rouge Photo (c) Google Maps
l'Érythrée se situe à l'est du Soudan et au nord de l'Ethiopie. Le pays est largement tourné sur la mer rouge Photo (c) Google Maps
l’Érythrée se situe à l’est du Soudan et au nord de l’Ethiopie. Le pays est largement tourné sur la mer rouge Photo (c) Google Maps

Lors d’une réunion du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, les experts de la Commission d’enquête sur la situation des droits de l’homme en Érythrée ont dressé un bilan sombre de la situation dans le pays.

Le Président de la Commission d’enquête, Mike Smith, a estimé que la priorité pour l’Érythrée serait « d’applique sans délai sa propre Constitution ». Des crimes contre l’humanité ont manifestement été commis par le Gouvernement érythréen, a poursuivi M. Smith, ajoutant que cette question doit toutefois faire l’objet d’une enquête afin d’étayer ce constat par des preuves.

M. Smith a insisté sur la nécessité de mettre un terme à l’impunité dans le pays et de limiter le service militaire à 18 mois, ce qui implique la démobilisation de toutes les personnes ayant d’ores et déjà largement dépassé cette durée, en particulier celles qui ont été enrôlées à 17 ans et qui ont atteint la trentaine aujourd’hui.

Le Président de la Commission d’enquête a également plaidé en faveur de la mise en place d’un système judiciaire indépendant, avec l’aide éventuelle de la communauté internationale.

« Nous savons que l’exode des Érythréens prend sa source dans la déception chronique de la population envers le système mis en place depuis l’indépendance », a déclaré M. Smith, précisant que les témoignages recueillis par la Commission d’enquête avaient porté non pas sur l’opinion des personnes mais sur leur vécu.

Tous ces récits, aussi différents soient ils sur le plan personnel, corroborent la description du système en place qu’a faite la Commission, « un système inacceptable dans le monde d’aujourd’hui », a affirmé le Président de la Commission d’enquête.

Pour cette raison, le Président de la Commission d’enquête a estimé qu’il serait souhaitable que le Conseil de sécurité renvoie le cas de l’Érythrée devant la Cour pénale internationale.

M. Smith a par ailleurs évoqué les enlèvements pour rançon de migrants érythréens lors de leur odyssée vers l’Europe. Il a souligné qu’en raison de l’absence d’avenir dans leur pays, notamment du fait de l’enrôlement indéfini dans l’armée au titre du service militaire, il n’était pas étonnant que tant de jeunes préfèrent fuir l’Érythrée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.