Opinion – Barrer la route à la droite et à l’extrême droite par Christian Picquet

Opinion – Le 29 mars, barrer la route des départements à la droite et à l’extrême droite par Christian Picquet, conseiller régional, Porte-parole de Gauche unitaire Co-fondateur du Front de gauche

Les résultats du premier tour des élections départementales confirment que la République et la gauche sont à l’heure de tous les dangers.

Bien sûr, grâce à une participation en hausse, le Front national ne sera pas parvenu à être le premier parti de France à ces élections départementales.

En dépit du discours ultralibéral qu’elle aura affiché ces dernières semaines et de ses surenchères avec l’extrême droite, la droite arrive largement en tête de la consultation. Elle avait conquis un très grand nombre de communes l’an passé, elle est désormais en passe de contrôler la plus grande partie de nos départements.

Bien que son score ne soit pas à la mesure de ses espoirs, l’extrême droite réalise tout de même une poussée historique pour un scrutin départemental. Elle se qualifie pour le second tour dans de très nombreux cantons et confirme son statut de force de pouvoir.

Quoi que vienne d’en dire Manuel Valls, la gauche subit à l’inverse une sévère défaite. Toutes composantes confondues, elle semble devoir être éliminée des seconds tours dans des centaines de cantons et elle est menacée de perdre la plus grande partie des départements qu’elle dirigeait jusqu’alors.

C’est, de toute évidence, la politique suivie au sommet de l’État depuis 2012 qui est ici en cause. L’austérité, les cadeaux sans fin au grand patronat ou à la finance, la soumission aux injonctions de Bruxelles et du pouvoir conservateur allemand auront épuisé le pays. Ils auront creusé les inégalités, désespéré les Français, nourri un sentiment grandissant d’humiliation nationale et de dignité bafouée, généré une rage impuissante et divisé la gauche comme jamais.

Malheureusement, si ses candidats résistent souvent bien, ni le Front de gauche, ni Europe écologie-Les Verts n’apparaissent comme une alternative politique crédible. Il faudra, au lendemain de ce scrutin, en tirer toutes les leçons afin de réorienter des choix stratégiques qui n’apparaissent pas à la hauteur de la situation et des aspirations du peuple.

C’est un changement radical de politique dont la gauche a besoin pour retrouver le peuple et rouvrir un chemin d’espoir au pays

En attendant, le 29 mars, il importe de barrer la route des départements à une droite revancharde et à une extrême droite haineuse qui, victorieuses, annoncent qu’elles conduiront dans ces collectivités des politiques de démolition sociale et de régression démocratique.

Partout, il faut empêcher le FN de conquérir des cantons.

Et, là où ce sera encore possible, un rassemblement sans exclusives doit s’opérer sur la candidature de gauche qui aura pu se qualifier. Sans, évidemment, absoudre le gouvernement d’une gestion responsable aujourd’hui d’un désastre politique, mais avec pour seul souci d’éviter à nos concitoyens une double peine : l’austérité au niveau national, la casse des solidarités à l’échelon départemental.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.