L’armée française procède à un exercice de Cyberdefense

L'armée française procède à un exercice de Cyberdefense Lutte contre les menaces cybernétiques : l’armée française procède actuellement à un exercice interarmées de cyberdéfense.

Cyberdefense – L’armée française procède cette semaine à un vaste exercice dans la 3e dimension : la cyberdéfense, et probablement la cyberattaque. Érigée au rang des priorités du ministère dans le Livre Blanc sur la sécurité et la Défense nationale de 2013, la montée en puissance de la composante cyberdéfense se poursuit et se traduit par un effort cyber qui s’élève à un milliard d’euros pour l’actuelle loi de programmation militaire.

“Conformément aux orientations du plan ministériel de lutte contre les menaces cybernétiques et de développement des expertises militaires et technologiques nécessaires définies dans le Pacte Défense cyber signé par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, en février 2014, le premier exercice DEFNET s’est déroulé aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (Morbihan) du 30 septembre au 3 octobre 2014. Placé sous le commandement de l’état-major des armées, il s’agissait du premier exercice global de la chaîne cyberdéfense des armées. Simulant une attaque des systèmes informatiques de notre pays, il engendrait la mise en œuvre d’une cellule de crise et le déploiement des groupes d’intervention rapide” a indiqué le ministère.

“Fort des enseignements acquis l’an passé, l’exercice DEFNET 2015 revêt une ampleur plus importante et un caractère résolument interarmées. Il se déroulera ainsi du 16 au 27 mars et associera les spécialistes de cyberdéfense des trois armées. Fondé sur un scénario de menaces cyber réalistes, dans un contexte international fictif, il permettra de s’entrainer simultanément sur sept sites différents (Paris, Rennes, Douai, Toulon, Mont-De-Marsan et en mer, sur deux bâtiments de la marine nationale), autour de thèmes complémentaires.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.