Syrie : 4e année de guerre

Syrie 4e année de guerreAprès quatre ans de conflit armé, la Syrie enregistre une chute de l’espérance de vie et un risque d’effondrement économique, selon un rapport du Centre syrien pour la recherche politique (SCPR) publié mardi avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Le rapport, intitulé « Aliénation et violence, rapport sur l’impact de la crise en Syrie », rappelle que près de 4 millions de Syriens se sont réfugiés hors des frontières de leur pays et que six autres millions ont été déplacés à l’intérieur de la Syrie. Depuis le début du conflit, l’économie syrienne a perdu 202,6 milliards de dollars, sous forme de fuite des capitaux, de destructions de grande ampleur et de pillages. Cela a pour conséquence que le pays connaît un taux de chômage de 58% alors que 2,96 millions de personnes ont perdu leur emploi et que 12,22 millions de personnes à charge ont perdu leurs moyens d’existence. Pour ceux qui ont la chance d’avoir un emploi, 55% travaillent dans le secteur public. Cela a pour conséquence que quatre Syriens sur cinq vivent sous le seuil de pauvreté et que près des deux-tiers de la population survivent dans l’extrême pauvreté, souligne le rapport.

Dans les zones de conflit et les zones assiégées, les pauvres sont confrontés à la faim, à la malnutrition et même à la famine. La moitié des enfants d’âge scolaire n’ont pas été en classe au cours des trois dernières années, alors que de nombreux enfants ont été forcés de travailler ou ont été réduits à mendier et à faire les poubelles pour aider leurs familles à survivre. Sur fond de désintégration sociale et de dégradation économique, les systèmes d’éducation, de santé et de sécurité sociale sont dans un état d’effondrement. « Les opérations des agences humanitaires des Nations Unies, des organisations non gouvernementales ne sont pas en mesure de suivre l’augmentation croissante des besoins des pauvres et des déplacés », note le rapport. Selon le rapport, il y a toutefois encore un espoir d’;inverser cette tendance dévastatrice si le conflit peut être réglé rapidement grâce à un processus politique qui puisse restaurer un sentiment de sécurité et de bien-être.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.