Sarkozy candidat à la présidence de l’UMP : Hortefeux est pour

sarkozy ump bygmalion

Nicolas Sarkozy est à la manoeuvre au lendemain de la démission de Jean François Copé de la présidence de l’UMP.

Nicolas Sarkozy prépare son retour dans l’échiquier politique à la veille des élections de 2017. Son lieutenant Brice Hortefeux s’est déclaré mercredi favorable à une candidature Sarkozy lors du prochain congrès exceptionnel de l’UMP à l’automne. Nicolas Sarkozy futur président de l’UMP ? Au centre de plusieurs affaires, notamment pour le financement de sa dernière campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy n’a jamais caché son désir de concourir à la prochaine élection présidentielle de 2017. L’affaire Bygmalion et la démission de Jean François Copé de la présidence de l’UMP pourraient le pousser à accélérer son retour. Face à une présidence collégiale de l’UMP composée des 3 anciens Premiers ministres et peut être deux futurs candidats aux primaires UMP pour les présidentielles, Alain Juppé, François Fillon et Jean Pierre Raffarin, Nicolas Sarkozy lance, via Brice Hortefeux un ballon d’essai. Sarkozy l’homme providentiel pour sauver un parti à la dérive ? Fillon, Raffarin et Juppé ont pour mission de préparer un congrès extraordinaire de l’UMP à l’automne. Mais ils pourraient également, à la tête de l’UMP, tenter de faire barrage à un retour de Nicolas Sarkozy, en organisant notamment des primaires internes destinées à désigner le future candidat UMP à la présidentielle. Jean François Copé sur la touche, le jeu de poker se poursuit à l’UMP. Photo DP/Pete Souza/WhiteHouse

1 Commentaire

  1. Brice Hortefeux a raison sur le fond mais il se trompe dans la forme car un homme tel que Nicolas Sarkozy ne saurait s’encombrer ni de parti, ni de primaires, ni même de la présidentielle de 2017 pour revenir. Qu’on renvoie donc immédiatement Monsieur Hollande en Corrèze et qu’Il reprenne sa place à l’Elysée. Et sachez bien qu’il n’agit pas tant par envie que par devoir. Son retour, qui n’était naguère qu’une vague hypothèse – qu’il repoussait lui-même : “Vous n’entrez plus jamais parler de moi.” – est devenu la plus impérieuse des nécessités : c’est désormais la seule manière pour lui et pour ses amis d’échapper au glaive de la justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.