Tueries au nord est du Nigéria revendiquées par Boko Haram

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a vivement condamné des attaques par des hommes armés dimanche contre huit villages dans le nord-est du Nigéria, qui ont fait plus de 150 morts.

Selon des informations obtenues par le HCDH, environ 65 personnes ont été tuées dans sept villages de l’Etat d’Adamawa, et 90 autres dans le village d’Izge, dans l’Etat de Borno. La plupart des habitants de ces villages ont fui la région par crainte de nouvelles attaques par des hommes armés.
« Nous sommes choqués par cette violence extrême et aveugle observée récemment au Nigéria, notamment les attaques contre deux villages le 11 février, qui ont fait 39 morts, 65 blessés et détruit 2.000 maisons », a dit une porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, Ravina Shamdasani, lors d’un point de presse à Genève.
« Nous exhortons le gouvernement à faire davantage pour fournir sécurité et protection aux civils, notamment dans les régions où il y a des risques d’attaques et où l’état d’urgence a été déclaré », a-t-elle ajouté. « Nous appelons aussi les autorités à lancer une enquête rapide et complète et à s’assurer que les auteurs de ces violations flagrantes des droits de l’homme et de ces tueries soient poursuivis et rendent des comptes. »
Selon la presse, le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué la responsabilité des attaques de dimanche.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.