Le Nouvel Observateur aux mains du trio Pigasse, Niel, Berger

Niel, Pigasse et Berger prennent le contrôle du groupe Nouvel Observateur. Photo Toulouse7.com

L’hebdomadaire de centre gauche “Le Nouvel Observateur” devient propriété du trio Pigasse, Niel et Berger. Les trois hommes contrôlent déjà le quotidien “Le Monde”.

Le Nouvel Observateur passe aux mains du trio d’hommes d’affaires Mathieu Pigasse, Xavier Niel et Pierre Berger. Selon le quotidien économique les Echos, les trois hommes prendraient 70% du capital du groupe de presse Nouvel Observateur. Claude Perdriel conserverait 30% du titre. Le groupe Nouvel Observateur compte notamment, les titres papiers le Nouvel Observateur, Challenges, Sciences et Avenir et les titres web, rue89.com et tempsreel.nouvelobs.com. Les trois hommes dirigent déjà le quotidien Le Monde. Selon plusieurs sources, cette acquisition s’effectuerait via la holding du Monde, LML (Le Monde Libre), détenue à parts égales par les trois hommes d’affaires.

Presse de centre gauche

Avec cette acquisition, le patron de Free, Xavier Niel, le banquier d’affaires Mathieu Pigasse et Pierre Berger étendent leur empire de presse. Et leurs leviers sur l’opinion publique. Notamment sur les lecteurs de centre gauche habitués des titres Le Monde, Nouvel Observateur ou Rue89.com.

Xavier-Niel-Free-nouvel observateur
Xavier Niel, patron de Free et actionnaire de nombreux titres de presse. Photo CC/Flickr/Rodrigo SEPÚLVEDA SCHULZ

Fondé en 1964 l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur est actuellement dirigé par Laurent Joffrin. Ces derniers mois, la version papier du titre doit faire face à une baisse de ses ventes. Selon certaines sources, les pertes du magazine s’élèveraient à plusieurs millions d’euros. Une situation économique compliquée qui avaient poussé l’actionnaire de référence Claude Perdriel a recherché des investisseurs.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.